•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'accès à une garderie change la vie d'un enfant handicapé

Elliot, qui est tenu par sa maman, tape dans la main de son éducatrice.

Geneviève Parent remarque que son fils, Elliot Burns, interagit de plus en plus avec les enfants et les adultes.

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Noémie Moukanda

Geneviève Parent s’est battue sans relâche pour obtenir une place en garderie pour son fils, Elliot, qui est handicapé. Après deux mois et demi, Elliot a fait des progrès significatifs en ayant une éducatrice de soutien qui lui est attitrée.

Elliot Burns est né prématurément il y a deux ans. Il avait une lésion au cerveau, qui a révélé plusieurs dommages, dont une paralysie cérébrale, des problèmes de vision et d'audition. Épileptique, le garçon a un retard de croissance tant physique que cognitif.

Des mains qui caressent un bébé qui se trouve dans une couveuse

Elliot Burns a passé près de quatre semaines dans un incubateur à l'hôpital des enfants de la Colombie-Britannique, car il est né deux mois avant terme, en novembre 2017.

Photo : Radio-Canada / Harold Dupuis

Après une lutte acharnée et de longues listes d'attente, Geneviève Parent a obtenu une place en garderie pour son fils, à Vancouver.

Trois enfants assis sur les genoux de deux adultes.

À Playhouse, Elliot est le seul enfant handicapé parmi les 19 que compte le centre de développement.

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

C'est tellement un bel exemple d'inclusion. [Les membres du personne] sont capables de le comprendre. Il y a même de nouveaux équipements, ils achètent des livres qui sont plus adaptés à lui. Ils changent les configurations, ils ajustent les chaises dans lesquelles il mange.

Geneviève Parent, mère d'Elliot
Elliot est assis sur sa chaise et Kimberley le regarde.

Kimberley Simpson donne à Elliot sa collation de l'après-midi.

Photo : Radio-Canada / Harold Dupuis

Kimberley Simpson est l'éducatrice de soutien d'Elliot. Elle s'occupe de lui dès son arrivée jusqu'à ce que ses parents viennent le rechercher.

Kimberley joue avec Elliot par terre.

Kimberly Simpson, l'éducatrice de soutien d'Elliot Burns, trouve que les gens ignorent à quel point les enfants handicapés sont magnifiques et qu'ils ont beaucoup à offrir aux autres.

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Il s'épanouit dans cet environnement. Il fait des progrès tous les jours. Certains sont très petits et d'autres plus grands.

Kimberley Simpson, éducatrice au centre Playhouse
Elliot est dans le bras de son éducatrice et regarde le livre en tissu.

L'éducatrice d'Elliot lui fait toucher le livre en tissu avant d'en faire la lecture.

Photo : Radio-Canada / Harold Dupuis

Le centre Playhouse se trouve dans l'est de Vancouver. Il est financé par le ministère de l'Enfance et du Développement familial. Il emploie sept éducateurs.

Un immeuble bleu.

Le centre de développement Playhouse accueille des enfants jusqu'à l'âge de 3 ans et se veut inclusif en prenant à charge des enfants avec des besoins spéciaux.

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Sa gestionnaire de programme, Devon Howie, estime qu'il faut attendre au moins deux années pour qu'une place se libère. Elle demande plus de financement au gouvernement.

Une femme dans une garderie.

Devon Howie, gestionnaire de programme au centre Playhouse, dit comprendre à quel point c'est difficile pour les parents d'attendre si longtemps pour trouver une garderie à leurs enfants.

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Nous avons besoin de plus de financement. Il faudrait au moins avoir deux fois plus de ressources.

Devon Howie, gestionnaire de programme au centre Playhouse

Le manque d'espace dans les garderies force les parents à mener des batailles, reconnaît-elle, à l'instar de Geneviève pour son fils.

Bien qu'heureuse de voir l'évolution de son fils et de retourner au travail, la jeune maman sait qu'il ne faut pas baisser les bras, car tout n'est pas gagné.

Elliot dans les bras de sa maman et tous les deux sourient.

Grâce à la place en garderie, Geneviève Parent a pu reprendre le travail et retrouver une part d'elle.

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

L'année prochaine, il faut que je trouve un autre endroit pour lui avec le même soutien parce que c'est clair qu'il a besoin d'assistance presque à 100 %. Puis, ça se confirme en étant ici qu'il fait bien à la garderie.

Geneviève Parent, mère d'Elliot

Geneviève Parent se sent investie de la cause des parents, car leur lutte, dit-elle, se déroulera à travers la vie de leurs enfants.

Elliot est sur les épaules de sa maman qui au milieu de deux autres femmes.

Elliot entouré de sa maman, Geneviève Parent, et de son éducatrice attitrée, Kimberley Simpson, ainsi que de la gestionnaire de programme au centre de développement de l'enfant Playhouse.

Photo : Radio-Canada / Noémie Moukanda

Ça [l'histoire d'Elliot] c'est une histoire positive pour montrer à quel point ça peut vraiment aider d'avoir ce soutien-là. Ça peut vraiment changer la vie d'un enfant, changer la vie d'une famille en positif.

Geneviève Parent, mère d'Elliot

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Famille