•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Problèmes du train léger : des usagers frustrés s'en prennent aux chauffeurs

Quatre autobus d'OC Transpo dans une rue non précisée d'Ottawa.

Des usagers d'OC Transpo s'impatienteraient auprès des chauffeurs en raison des retards au nouveau système.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des chauffeurs d'autobus d'OC Transpo se plaignent d'être harcelés par des passagers mécontents. Le syndicat uni du transport dénonce la détérioration de leurs conditions de travail depuis la mise en service du train léger.

Selon le syndicat, certains chauffeurs ont récemment été injuriés, harcelés ou même agressés physiquement. Une demi-douzaine de chauffeurs se sont absentés du travail pour ces raisons.

Le président du syndicat, Clint Crabtree, ajoute que des chauffeurs se sont même fait cracher dessus.

Ce sont des comportements traumatisants pour un chauffeur, ce sont des fluides corporels et c’est dégoûtant. Ça ne devrait arriver à personne. Que ce soit au travail ou ailleurs, c’est inacceptable, souligne-t-il.

Il souhaite que les passagers mécontents du service de train comprennent que les chauffeurs d'autobus font leur possible pour se rendre à destination tout en respectant l'horaire des circuits d'autobus.

Le président du syndicat uni du transport, Clint Crabtree.

Le président du syndicat uni du transport, Clint Crabtree, dénonce les actes violents envers les chauffeurs.

Photo : Radio-Canada

Notre message au public est que nous sommes avec vous, nous voulons des services accessibles. Ce n’est pas le chauffeur qui ne veut pas vous amener à votre travail ou à votre rendez-vous à temps. Il doit seulement se fier à l’horaire et cet horaire n'est pas fiable à l'heure actuelle. Il faut donc plus de temps pour que le passager d'Ottawa puisse se rendre au travail, explique M. Crabtree.

Comme de nombreux usagers, il croit que le système d’autobus n’aurait pas dû être retiré au mois d’octobre. Il pense qu’OC Transpo aurait dû attendre que les problèmes du train soient complètement réglés.

Pierre Goddard, un usager d’OC Transpo, est lui-même assez insatisfait des services du nouveau train léger. Mais selon lui, il n’y a aucune raison de s’en prendre aux chauffeurs.

Je ne trouve pas ça correct, je présume que l’emploi qu’ils ont à faire est assez difficile. Pour le salaire qu’ils sont payés [...] ils n’ont pas besoin d’abus verbal ou physique des passagers. S’ils [les clients] ne sont pas heureux, qu’ils appellent la compagnie pour faire une plainte au lieu de s’en prendre aux chauffeurs, croit le passager.

Je ne crois pas que ça devrait se produire, ce n’est pas la faute des chauffeurs s’il y a des problèmes.

Kathleen Arnold, usagère d’OC Transpo

Kathleen Arnold croit pour sa part que les passagers doivent rester calmes pendant cette période difficile, qui, espère-t-elle, est sur le point de se terminer.

Dans un courriel, la direction d'OC Transpo dit comprendre que des passagers du train léger soient frustrés, mais la société de transport leur rappelle que le harcèlement et l'intimidation de ses employés sont formellement interdits.

D’après les informations de Gilles Taillon et Amada Pfeffer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Transport en commun