•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Remplacer le chocolat par des légumes pour financer des projets à l’école

Des parents viennent récupérer leur panier de légumes biologiques et locaux à l’école Louis-de-France.

Des parents viennent récupérer leur panier de légumes biologiques et locaux à l’école Louis-de-France.

Photo : Radio-Canada / Claudie Simard

Claudie Simard

Les élèves de l’École primaire Louis-de-France, à Trois-Rivières, ont choisi de vendre des paniers de légumes bios et locaux comme campagne de financement. Les producteurs maraîchers ont dû demander du renfort tellement la demande a été grande.

L’idée a visiblement séduit, car 235 paniers ont été distribués à l’école vendredi, alors que l’objectif était de 90.

Les paniers étaient vendus au coût de 30 $. Sur ce montant, 23 $ sont allés aux producteurs maraîchers et 7 $ à l'école.

Les sommes permettront aux élèves de financer différents projets.

Dans chacune des classes, il y a des activités pédagogiques et celles-ci nécessitent des achats, donc on va utiliser ces sous-là pour les ateliers pédagogiques agroalimentaires, affirme la technicienne agricole à l'École Louis-de-France, Sophie Cormier-Rondeau.

Des ventes intéressantes pour les producteurs

Les paniers contiennent une panoplie de produits d’automne : patates, daïkons, pommes, courges, carottes, ail et oignons, par exemple.

Ce sont des légumes qui, autrement, seraient possiblement restés dans les chambres froides, indique Florence Bélanger, membre fondatrice de la Coopérative la Charrette.

Elle a été appelée à participer au projet en cours de route, puisque les Jardins Bio Campanipol et La Chouette Lapone ont eu besoin d’aide pour garnir les paniers; une belle occasion à saisir pour la Coopérative qui en est seulement à sa 2e année d’existence.

Ça nous fait super plaisir, on espère que le panier va donner l’envie à des gens de s’abonner pour l’été prochain.

Florence Bélanger, membre fondatrice de la Coopérative la Charrette
Maxime Tremblay et Florence Bélanger, membres fondateurs de la Coopérative la Charrette.

Maxime Tremblay et Florence Bélanger, membres fondateurs de la Coopérative la Charrette.

Photo : Radio-Canada / Claudie Simard

De nombreuses « écoles enracinées »

L’école Louis-de-France fait partie des 114 établissements de la province à avoir participé cet automne au programme « écoles enracinées » de l’organisme Équiterre.

Ce projet en est à sa 4e année d’existence.

Cette année, Équiterre estime que ce sont 11 000 paniers de légumes biologiques qui ont été vendus pour financer des projets dans les écoles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Éducation