•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le prix des maisons neuves unifamiliales baisse encore à Calgary

Panneau à vendre devant une maison.

D'après un agent immobilier, cela fait plusiers années que les prix sont en baisse (archives).

Photo : Radio-Canada / Brett Purdy

Radio-Canada

Selon Statistique Canada, le prix de vente des maisons neuves unifamiliales a baissé de 2,2 % depuis juillet 2018 à Calgary. L’organisme a publié son nouvel indice des prix jeudi.

Cette baisse n’est pas une surprise pour Jim Sparrow, un agent immobilier de Royal LePage à Calgary. Les prix de vente sont en baisse depuis presque cinq ans, depuis que le prix du pétrole a chuté, constate-t-il.

Malgré des prix plus bas, la demande n’augmente pas, selon l’agent immobilier.

C’est très difficile de trouver des acheteurs en ce moment, quelle que soit la gamme de prix.

Jim Sparrow, agent immobilier

Jusqu’à maintenant, nous avons vendu moins de maisons unifamiliales individuelles cette année que nous en avions vendu, l’an dernier, à la même période, précise Jim Sparrow.

Il va jusqu’à dire que c’est l’année la plus difficile depuis 23 ans à Calgary.

Moins de constructions

Cette baisse des prix s’accompagne d’une chute du nombre de constructions dans la ville.

Selon la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), en ce qui concerne les maisons unifamiliales individuelles, il y a eu près de 16 % de mises en chantier de moins entre janvier et septembre, comparativement à l’an dernier.

C’est parce qu’il y avait déjà beaucoup trop de maisons par rapport aux besoins, explique Ann-Marie Lurie, économiste en chef à la Chambre immobilière de Calgary.

Il y a beaucoup de produits disponibles sur le marché de l’immobilier neuf, mais aussi dans l’ancien, souligne-t-elle.

La baisse des prix et la baisse des demandes s’expliquent par les difficultés que connaît l’industrie pétrolière dans la province, estime Jim Sparrow. Il y a beaucoup de gens qui subissent les conséquences [de la fluctuation] des prix du pétrole.

Si la croissance de la population de Calgary est plutôt constante, Ann-Marie Lurie note que la priorité des nouveaux arrivants n’est pas de devenir propriétaires. Il y a de plus en plus d’immigrants internationaux [qui] ne deviennent pas forcément propriétaires tout de suite.

Je ne pense pas qu’on assiste à une grande hausse de la demande l’année prochaine, dit-elle, à moins qu’il y a ait du changement dans la situation économique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Immobilier