•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La baisse de la taxe sur le kérosène réduira-t-elle le coût de la vie dans le Nord?

Un avion de North Star Air.

Le gouvernement Ford compte réduire la taxe sur le kérosène d'avion dès le 1er janvier 2020.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Bienvenu Senga

Alors que le gouvernement ontarien soutient que la réduction de la taxe sur le carburant d’avion permettra de rendre plus abordable la vie des familles nord-ontariennes, des entreprises de transport aérien oeuvrant dans la région disent ne pas envisager de réduction des coûts de leurs services.

Dans son énoncé économique d’automne dévoilé la semaine dernière, le gouvernement Ford a indiqué qu’il prévoyait baisser la taxe sur le kérosène d’avion pour la région en le faisant passer de 6,7 cents à 2,7 cents le litre dès le 1er janvier 2020. 

Le mesure s’appliquera au kérosène acheté dans les districts d’Algoma, de Cochrane, de Kenora, de Manitoulin, de Nipissing, de Parry Sound, de Rainy River, de Sudbury, de Thunder Bay et du Témiscamingue ontarien. 

Le vice-président de North Star Air, Tom Meilleur, dit bien accueillir la mesure d’autant plus que l’entreprise a toujours soutenu toute réduction de coût qui permettrait de contrebalancer les augmentations soudaines qui se produisent dans le secteur de l’aviation, comme celle du coût des assurances

Hors de question toutefois de réduire les prix du transport des biens et des passagers pour l’entreprise qui dessert de nombreuses communautés autochtones éloignées du Nord de l’Ontario, qui ne sont pas accessibles par voie terrestre pendant toute l’année.

Je ne crois pas qu’on verra des réductions des coûts, mais peut-être que ça limitera les augmentations de prix. Le prix des assurances augmente partout dans le monde, d’environ 30 ou 40 %. La mesure pourrait faire en sorte que certains de ces coûts ne soient pas relayés entièrement aux communautés.

Tom Meilleur, vice-président de North Star Air

Le gouvernement ontarien indique toutefois que grâce à la réduction proposée du taux de la taxe, une famille de quatre personnes dans le Nord pourrait économiser quelque 230 $ par année.

L’entreprise The North West Company, qui approvisionne également plusieurs communautés autochtones en vivres, ne laisse pas non plus entendre de réduction de prix.

Par courriel, le directeur du développement des affaires de l’entreprise, Derek Reimer, affirme que le geste posé par le gouvernement ontarien constitue un pas dans la bonne direction.

Cela permettra d’alléger l’impact de la taxe carbone fédérale qui doit augmenter au cours des prochaines années. Étant donné les coûts élevés de la vie des résidents du Nord de l’Ontario, davantage de soutien du gouvernement fédéral en matière de carburant d’avion est aussi nécessaire, note M. Reimer. 

Le constat de l’économiste Livio Di Matteo de l’Université Lakehead à Thunder Bay est pourtant sans équivoque.

Pour que cette mesure ait un grand effet, il faut qu’il y ait une baisse des prix de voyage en avion, de transport des biens en avion.

Livio Di Matteo, professeur d’économie à l’Université Lakehead
Capture d'une entrevue réalisée par skype avec Livio Di Matteo.

Livio Di Matteo, professeur d'économie à l'Université de Lakehead

Photo : Radio-Canada

L’économiste trouve d’ailleurs la réduction proposée grande, mais croit que seul un contexte de grande compétition entre transporteurs aériens pourrait encourager les entreprises à réduire leurs prix.

Il n’y a pas beaucoup d’entreprises aériennes. Il y a trois grandes compagnies, et les plus petites entreprises ont des monopoles sur le transport aérien, fait-il savoir.

M. Di Matteo souligne aussi que la taxe constitue seulement une petite partie du prix de carburant d’avion et que les salaires et l’entretien des appareils coûtent également cher aux transporteurs aériens.

Il n’est pas possible de voir une grande baisse du prix des avions de l’ordre de 60 % comme la baisse du taux de la taxe.

Livio Di Matteo, professeur d'économie à l'Université Lakehead

Une occasion de développement d’affaires

La baisse prévue de la taxe sur le kérosène d’avion est toutefois largement applaudie par certaines entités.

Le président de la Société de développement de l’aéroport de Sault-Sainte-Marie, Jerri Dolcetti, y voit même un début de la réalisation de la promesse des progressistes-conservateurs en campagne électorale d’éliminer complètement la taxe sur le kérosène d’avion pour le Nord de l’Ontario.

Nous espérons que cette réduction encouragera les entreprises aériennes commerciales à s’approvisionner moins dans le Sud de l’Ontario et davantage aux aéroports du Nord de l’Ontario, déclare-t-il.

Trois hommes debout

Lors d'une visite à Sault-Sainte-Marie mercredi, le ministre des Finances de l'Ontario, Rod Phillips (au milieu), a indiqué que la réduction de la taxe sur le kérosène d'avion permettrait aux familles nord-ontariennes de faire des économies. À gauche, le député de Sault-Sainte-Marie, Ross Romano et à droite, le président de la Société de développement de l'aéroport de Sault-Sainte-Marie, Jerri Dolcetti.

Photo : Gouvernement de l'Ontario

Sault-Sainte-Marie étant une ville frontalière des États-Unis, M. Dolcetti dit aussi espérer que la mesure du gouvernement Ford aidera l’aéroport à faire plus de promotion auprès des entreprises aériennes américaines.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Politique provinciale