•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

165 travailleurs forestiers de l’Outaouais et des Laurentides perdent leur emploi

Des arbres feuillus dénudés de leurs feuilles avec des conifères verts en arrière-plan.

L'entreprise Lauzon planchers de bois exclusifs, de Papineauville, arrête ses activités de coupe dans la forêt publique québécoise.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'entreprise Lauzon planchers de bois exclusifs, de Papineauville, cesse ses activités de coupe forestière immédiatement. Cette décision est la conséquence de la fermeture de la papetière Fortress, à Thurso, qui lui achetait ses copeaux de bois.

Il s’agit d’un coup dur pour quelque 165 travailleurs forestiers de l'Outaouais et des Laurentides.

On a travaillé très, très fort pour éviter la fermeture, précise le vice-président opérations sciage et foresterie de Lauzon, Michel Pitre, au micro de Sur le vif. Mais [jeudi] soir, on n’a pas eu le choix [...]. Il n’y a pas de solution en avant de nous, donc on prend la décision d’arrêter.

La fermeture s'effectue en deux temps. Si la coupe forestière a cessé, il reste du bois à débarder sur les chemins forestiers, à ébrancher et à sortir de la forêt, explique M. Pitre. Ces manoeuvres prendront d'une à deux semaines, selon lui.

L'ensemble des activités forestières cessera donc vers la fin novembre.

La fermeture temporaire de Fortress a fait mal

Lauzon planchers subit les conséquences de la fermeture temporaire en octobre dernier de l'usine Fortress, à Thurso, pour trois ou quatre mois.

Lauzon alimente la papetière [Fortress] en copeaux et en bois de pâte à raison de 25 % à 30 % de ses besoins en approvisionnement, explique l’entreprise par voie de communiqué.

Lauzon planchers ne précise pas toutefois si la coupe forestière pourrait recommencer si Fortress reprenait ses activités.

Michel Pitre rappelle que les problèmes financiers se sont amplifiés depuis l’entrée en vigueur du nouveau régime forestier en 2013. On a connu une explosion des coûts de plus de 35 %, souligne-t-il.

Une mauvaise nouvelle pour l'Outaouais

La cessation des activités de Lauzon planchers est une mauvaise nouvelle pour l’industrie forestière en Outaouais, selon Michel Pitre. C’est une industrie fragile. La papetière n’étant pas là [...] et en absence d’un preneur de pâte, ça devient impossible d’opérer dans les forêts feuillues et mixtes de l’Outaouais.

Il craint que l’Outaouais perde sa structure forestière, ce qui nuirait à une éventuelle relance de l’industrie. Ça va être pratiquement impossible, soutient-il.

Tant et aussi longtemps qu’il n‘y aura pas une volonté concrète du gouvernement d’avancer des solutions pour régler définitivement le problème, on n’y arrivera pas.

Michel Pitre, vice-président, opérations sciage et foresterie de Lauzon

Selon lui, la solution passe notamment par une aide financière de Québec pour éponger les coûts liés au nouveau régime forestier. Par la suite, des représentants de l'industrie et des experts pourraient se rassembler pour trouver des solutions concrètes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Industrie forestière