•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le plancton change radicalement selon la latitude

Le zooplancton peuple les océans et les mers de la Terre.

Le zooplancton peuple les océans et les mers de la Terre.

Photo : iStock

Radio-Canada

La diversité et les fonctions des espèces de planctons qui peuplent les différents océans changent radicalement selon la latitude, révèlent les plus récentes analyses réalisées à partir des données recueillies lors de l’expédition française Tara Océans.

De 2009 et 2013, le voilier Tara a parcouru tous les océans du globe. L’objectif des biologistes à bord était de dresser une première cartographie des espèces planctoniques (bactéries, virus, petits animaux dérivant avec le courant) à l'échelle planétaire.

Un cliché de la NASA pris le 29 juillet 2002 montre une partie de l'océan près de Terre-Neuve devenir turquoise.

Un cliché de la NASA pris le 29 juillet 2002 montre la présence de plancton (turquoise) près de Terre-Neuve.

Photo : NASA

Des premiers résultats avaient déjà permis de décrire la variété de ces organismes planctoniques et leurs interactions dans les régions tempérées et tropicales.

Les travaux publiés cette semaine dans la revue Cell (Nouvelle fenêtre) (en anglais) incorporent de nouvelles données issues de la navigation de la goélette autour du Pôle Nord.

Une bête microscope de forme ovale emplie de filaments

Un plancton cténophore.

Photo : Christian Sardet

Plancton 101

  • Le mot Planktos signifie « errant » en grec;
  • Il vit en suspension ou se déplace passivement au gré des courants;
  • Il y a le phytoplancton (plantes) et le zooplancton (animaux);
  • Il est à la base de la chaîne alimentaire de l'écosystème aquatique.

Une grande diversité

Ces récentes analyses sont basées sur des données recueillies dans 189 stations d'échantillonnage. Elles montrent que les espèces planctoniques sont réparties de manière inégale à l’échelle planétaire et qu’elles sont susceptibles de s‘adapter différemment aux conditions environnementales entre l’équateur et les pôles.

Nos résultats montrent clairement que la diversité planctonique est plus importante autour de l'équateur et qu'elle diminue vers les pôles.

Lucie Zinger, Université PSL

Ces résultats pourraient avoir d’importantes implications écologiques, environnementales et économiques si la température des océans devait dépasser un certain seuil.

Dans l’eau comme sur terre

Les schémas de la biodiversité sur terre, celle des arbres, des animaux, des microbes, sont connus depuis environ 200 ans, grâce à Alexander von Humboldt [naturaliste et explorateur allemand], explique Chris Bowler, biologiste au CNRS et coordinateur scientifique de la mission Tara Océans.

Il a observé qu'elle [la biodiversité] était riche dans les régions tropicales, et qu'elle diminuait en allant vers les pôles.

Chris Bowler

Restait à prouver que ce mécanisme s'observait aussi dans les océans, qui sont pourtant très différents, et où tout bouge de manière plus dynamique qu'au sol, explique le chercheur.

Adaptation climatique

Cette influence primordiale de la température sur la répartition des espèces planctonique soulève des questions quant à leur capacité d'adaptation au changement climatique, expliquent les chercheurs, qui rappellent qu'elles constituent la base de la chaîne alimentaire marine, capturent une part importante de dioxyde de carbone atmosphérique et émettent de l'oxygène par photosynthèse.

Une analyse réalisée en parallèle sur 47 millions de gènes microbiens océaniques a ainsi montré que les populations microbiennes des eaux chaudes possédaient un vaste patrimoine génétique leur permettant d'adapter leur métabolisme en cas de changement.

Mais les bactéries planctoniques des eaux polaires sont plus spécifiquement adaptées à leur niche écologique que celles des eaux chaudes, et donc moins aptes à adapter leur métabolisme face au réchauffement océanique.

Ces nouvelles données laissent à penser que ces bactéries pourraient disparaître pour être remplacées par des nouvelles espèces provenant d'eaux plus chaudes.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Biologie

Science