•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec veut réformer le système préhospitalier d'urgence

Une femme porte une chemise sur laquelle se trouve un écusson portant l'inscription « Technicien ambulancier - Paramédic - Québec ».

Québec mandate un comité de neuf personnes pour repenser le système préhospitalier d'urgence.

Photo : Radio-Canada / Matthew Kupfer

Alexandre Duval

Premiers répondants, services ambulanciers, centres d'appel 911 : les maillons du système préhospitalier d'urgence du Québec ont besoin d'être modernisés. Le ministère de la Santé et des Services sociaux vient de nommer un comité afin de repenser le fonctionnement de ce système pour les 15 prochaines années.

Cet exercice, qui pourrait mener à une réforme, n'a encore fait l'objet d'aucune annonce officielle de la ministre Danielle McCann. Radio-Canada a néanmoins obtenu une lettre datée du 14 novembre et signée de son sous-ministre, Yvan Gendron.

Ce dernier écrit que le comité aura pour mission d'optimiser le système préhospitalier d'urgence dans le but de renforcer la contribution préhospitalière à la réduction de la mortalité et de la morbidité des personnes en situation de détresse au Québec.

Neuf personnes y siégeront, dont le haut fonctionnaire Michel C. Doré, qui agira à titre de président, la PDG du CHU Sainte-Justine, Caroline Barbir, et l'ex-vice-présidente du comité exécutif de la Ville de Montréal Anie Samson.

Appelé Comité national de transformation du système préhospitalier d'urgence, le groupe mènera sa réflexion autour de cinq objectifs.

Il devra réfléchir à l'optimisation de la gouvernance, à l'optimisation de la desserte du système, à l'utilisation judicieuse des ressources, à l'autonomisation du travail des ambulanciers paramédicaux ainsi qu'à la contribution des citoyens au système.

Consulter d'abord, décider ensuite

La ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, n'a pas souhaité accorder d'entrevue à ce sujet. Son attaché de presse, Alexandre Lahaie, confirme néanmoins que le mandat du comité est de proposer un projet de réforme.

On veut améliorer l'accès, on veut améliorer l'efficacité. Il y a des choses qui peuvent se faire mieux pour le bien des patients et du personnel.

Alexandre Lahaie, attaché de presse de la ministre de la Santé et des Services sociaux

Aucune date n'a été avancée pour la remise du rapport. Quand on aura les recommandations, on pourra prendre des décisions, indique M. Lahaie.

La ministre de la Santé, Danielle McCann, lors d'une mêlée de presse à l'Assemblée nationale.

La ministre de la Santé, Danielle McCann, accompagnée de son attaché de presse, Alexandre Lahaie

Photo : Radio-Canada

La CSN, qui représente environ les deux tiers des travailleurs dans le secteur préhospitalier, voit la création de ce comité d'un bon oeil. L'organisation compte d'ailleurs participer à ces travaux, notamment en soumettant un mémoire.

Régler d'autres problèmes d'abord

On espère juste que les dés ne sont pas jetés d'avance, nuance le représentant du secteur préhospitalier pour la CSN, Jean Gagnon. On espère qu'on va tous être consultés.

À son avis, l'idée d'une réforme est louable, mais il faudrait que le gouvernement règle en priorité certains problèmes qui persistent, comme les horaires de faction pour bon nombre d'ambulanciers.

Peu importe la réforme qu'on va faire, on ne peut pas garder des paramédics qui travaillent sur des horaires 24 heures sur 24 ou garder des gens qui sont débordés au travail, indique M. Gagnon.

On ne peut plus attendre que la réforme soit faite pour changer ces choses-là, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Politique provinciale