•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Que c'est triste Venise au temps des inondations

Une femme marche avec de l'eau pratiquement jusqu'aux genoux dans une rue inondée de Venise.

Une femme marche dans une rue de Venise inondée.

Photo : Reuters / Manuel Silvestri

Radio-Canada

Trois jours après avoir été dévastée par des inondations records, Venise a connu un nouveau pic de marée haute, vendredi, ce qui a conduit le maire Luigi Brugnaro à ordonner la fermeture de la place Saint-Marc pendant quelques heures.

Aux prises avec de fortes averses et du vent, les habitants de la ville ont vu l'aqua alta atteindre un pic de 1,54 mètre à mi-journée.

Mardi soir, la marée haute avait atteint 1,87 mètre, soit un peu moins que le record historique de 1,94 mètre enregistré en 1966.

Vendredi, le maire Brugnaro s'est dit dans l'obligation de fermer la place Saint-Marc pour épargner aux citoyens de Venise tout risque sanitaire, un désastre. La place a été rouverte quelques heures plus tard.

Vue de la basilique et du campanile sur la place Saint-Marc inondée.

Vue de la place Saint-Marc inondée le 15 novembre 2019.

Photo : Reuters / Flavio Lo Scalzo

Comme beaucoup d'institutions culturelles, le musée Guggenheim avait prévu de rouvrir vendredi, mais a changé d'avis en raison de conditions météo qui empirent.

La Sérénissime – surnom de cette cité lacustre – reçoit 36 millions de touristes par an, dont 90 % d'étrangers.

Sous le coup de l'état d'urgence pour catastrophe naturelle depuis jeudi soir, les résidents dont la demeure a été inondée recevront 7300 $ et les commerçants un peu plus de 29 000 $.

Des hommes prennent un verre de vin assis à une terrasse : la table, les chaises et leurs pieds sont dans l'eau.

Venise a connu un nouveau pic de marée haute le vendredi 15 novembre 2019.

Photo : Reuters / Flavio Lo Scalzo

Dissensions au conseil

Ironie du sort, le conseil régional de Venise venait tout juste de rejeter un plan destiné à lutter contre les changements climatiques lorsque ses bureaux ont été inondés.

Ce sont les membres des partis de droite, majoritaires au conseil régional, qui avaient rejeté les amendements prévoyant des mesures pour financer des sources d'énergies renouvelables, remplacer ses autobus au diesel par des véhicules moins polluants et réduire l'usage des plastiques.

Ces amendements avaient été proposés par le Parti démocratique, et c'est l'un des conseillers, membre de ce parti de gauche, qui a publié sur Facebook un message disant que ironiquement, la salle du conseil a été inondée deux minutes après que les partis majoritaires ont rejeté nos propositions pour lutter contre les changements climatiques.

Une salle de réunion désertée et inondée.

Le conseiller Andrea Zanoni a publié sur son compte Facebook cette photo de la salle du conseil régional de Venise inondée, quelques minutes après que le conseil a rejeté des amendements pour lutter contre les changements climatiques.

Photo : Facebook/Andrea Zanoni

Le président du conseil régional, membre d'un autre des partis de droite ayant rejeté les amendements, a répliqué au conseiller de gauche. Dans une déclaration faite à CNN, il a dit que le conseil avait, ces trois dernières années, alloué des fonds pour combattre la pollution de l'air, un facteur déterminant dans les changements climatiques.

Bâtie sur 118 îles et îlots en majorité artificiels et sur pilotis, Venise s'est enfoncée de 30 centimètres dans la mer Adriatique en un siècle.

Avec les informations de Agence France-Presse, Le Monde, et The Guardian

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Changements climatiques

International