•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de traverse pour L’Héritage I en 2020, selon le capitaine

Le traversier l'Héritage 1 amarré à Trois-Pistoles.

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Radio-Canada
Mis à jour le 

Le discours du capitaine du traversier L’Héritage I, Jean-Philippe Rioux, est clair : si le gouvernement ne change pas d’avis, il n’y aura pas de traverse entre Trois-Pistoles et Les Escoumins en 2020. Le gouvernement affirme de son côté que ce bateau n'est pas géré par la Société des traversiers du Québec.

Le gouvernement de la CAQ a annoncé jeudi qu’il refusait de financer les travaux de restauration du navire, estimés à 5 millions de dollars.

Jean-Philippe Rioux explique que si on ne fait pas ces réparations-là, il sera impossible pour nous de recevoir notre certification, donc on ne pourra pas opérer.

Selon le capitaine, c’est la population qui va en payer le prix. Imaginez-vous en 2020, si Trois-Pistoles n’est pas là, Rimouski n’est pas là, et que Matane connaît encore des problèmes, il va manquer de traverses, lance-t-il.

Incompréhension

Jean-Philippe Rioux ne comprend pas la décision du gouvernement. Une étude a été réalisée l'été dernier pour faire un diagnostic sur l'état du traversier L'Héritage I.

Le navire a été passé au peigne fin. On connaît exactement où sont les bobos, tout ce qui pourrait être problématique a été évalué, ajoute-t-il.

En entrevue à Info-réveil, le député de Rivière-du-Loup–Témiscouata, Denis Tardif, estime qu'il a fait l'ouvrage qu['il] avait à faire dans le dossier du navire L'Héritage I.

Malgré cette situation, Jean-Philippe Rioux ne pense pas que ce soit la fin définitive de la traverse. Il reste optimiste face à son avenir.

Elle a passé plusieurs tempêtes, c’est n’est qu’une tempête de plus à traverser.

Jean-Philippe Rioux, capitaine de L'Héritage I
Le traversier L'Héritage 1 effectue le lien entre Trois-Pistoles et Les Escoumins.

Le traversier L'Héritage 1 effectue le lien entre Trois-Pistoles et Les Escoumins.

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Inquiétudes des élus municipaux du Bas-Saint-Laurent

De son côté, la Table régionale des élus municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL) estime que cette décision menace l’avenir du service, jugé essentiel pour l’économie du Bas-Saint-Laurent et de la Côte-Nord.

Et c’est sans compter l’aspect social et humain, puisque les communautés de part et d’autre du fleuve entretiennent des liens étroits, certaines familles comptant des membres dans les deux régions desservies, fait valoir Bertin Denis, préfet de la MRC Les Basques et membre de la TREMBSL.

Il rappelle lui aussi que la traverse a permis de pallier largement les problèmes de la STQ dans la dernière année. La situation actuelle illustre bien le besoin de redondance en matière de services de traversier dans la région, plaide pour sa part Michel Lagacé, président de la TREMBSL.

Citant des données de 2016 de la traverse, la TREMBSL indique par ailleurs que près de 70 % des usagers étaient des visiteurs et que les activités de l’Héritage I généraient 26 emplois directs et 65 emplois indirects dans la région.

L’organisation offre sa collaboration au gouvernement québécois, afin de trouver des solutions durables pour le maintien du service de traversier.

Pas de garantie quant à la fiabilité du navire, selon le gouvernement

L'attachée du ministre des Transports, François Bonnardel, a répondu par courriel que L'Héritage I est un bateau en fin de vie utile qui n’appartient pas au gouvernement du Québec ni à la Société des traversiers du Québec. Elle a ajouté que l'avenir de cette traverse fait actuellement l’objet d’une étude, comme toutes celles de l’Est-du-Québec.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Transports