•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du thé, des rencontres et un happening théâtral pour s'ouvrir à l'inconnu

Une théière et deux paires de mains tenant chacune une tasse.

La théière est un moteur de partage dans le projet artistique «En grève autour de théières fumantes».

Photo : Radio-Canada

Valérie Lessard

La commande était claire, pour les 11 autrices et auteurs du milieu du théâtre franco-ontarien : inviter une personne, connue ou inconnue, avec qui elles et ils avaient envie de prendre le thé et le temps de discuter, puis de témoigner dans leurs mots de cette rencontre. Ces 11 textes seront mis en lecture dans des bars de Sudbury (ce vendredi soir), Ottawa (samedi, le 16 novembre) et Toronto (le 21 novembre).

Le projet porte bien son nom : En grève autour de théières fumantes partait du désir du directeur artistique Antoine Côté Legault de proposer aux participants sélectionnés de marquer une pause, de faire la grève de notre vie effrénée. Il les a donc invités à aller à la rencontre de quelqu'un qui les inspirait par leur parcours, leur expérience ou encore quelqu'un qui était à mille lieues de leur réalité.

Les autrices et auteurs choisis proviennent des quatre coins de l'Ontario français et créent dans des styles tout aussi variés. Esther Beauchemin, Claude Guilmain, Edwige Jean-Pierre, Magali Lemèle, Charlotte L'Orage, Marc Lemyre, Marie-Claire Marcotte, Marie-Pierre Proulx, Alex Tétreault, Chloé Thériault et Donald Woo ont accepté de prendre part à l'aventure.

Magali Lemèle et Mylène Paquette ont partagé un thé dans le cadre du projet En grève autour de théières fumantes.

La créatrice Magali Lemèle (à gauche) et l'aventurière Mylène Paquette (à droite)

Photo : Maude Chauvin/La Presse canadienne

Magali Lemèle ayant elle-même effectué la traversée de l'Atlantique à trois sur un voilier, elle a décidé de profiter du prétexte qui lui était ainsi offert pour entrer en contact avec son héroïne, Mylène Paquette. Cette dernière, qui a pour sa part traversé l'Atlantique à la rame, en solo, en 2013, a invité la femme de théâtre chez elle, un peu plus tôt cette année.

Ça m'a surprise comment c'était simple, comme si j'avais un peu oublié ça [... ] comment c'est facile d'aller vers l'inconnu et de juste s'intéresser à l'autre.

Magali Lemèle, participante à En grève autour de théières fumantes

On dirait qu'on le perd, tranquillement, ça, dans notre société, parce qu'on est tellement tout le temps derrière nos écrans, derrière nos textos... On ne se parle plus, renchérit la Gatinoise.

Si elle pensait parler longuement voile et océan avec Mylène Paquette, elle s'est rapidement étonnée de voir la conversation dériver vers d'autres horizons. Elle s'est donc laissée porter par le courant pour s'imprégner du moment qu'elles étaient en train de partager.

[Mylène] cuisinait pour la première fois une compote de pommes. Ç'a parsemé toute notre rencontre, raconte Magali Lemèle en riant doucement.

Si la compote s'est révélée un échec, la rencontre, elle, a été loin d'être ratée. Je suis comme un peu partie de ça pour écrire un texte qui s'appelle Ceci n'est pas une compote. C'est la rencontre entre deux femmes, parsemée de comment on fait une compote, alors que les deux savent traverser l'Atlantique... précise l'autrice et comédienne... qui continue de compter sur sa mère pour l'approvisionner en compote.

L'artiste au coeur de la rencontre

Le concept de l'expérience permettait donc de se reconnecter avec la valeur sociale de l'art, mentionne Antoine Côté Legault.

Antoine Côté Legault est assis et regarde au loin.

Pour Antoine Côté Legault, le théâtre demeure un lieu de rencontres essentiel, notamment entre le public et une prise de parole.

Photo : Théâtre Action/Sylvain Sabatié

Le théâtre, c'est un art de la rencontre [...] avec un texte, avec une équipe de création [...] avec le public.

Antoine Côté Legault, directeur artistique d'En grève autour de théières fumantes

Les spectateurs auront pour leur part droit à une mise en lecture théâtralisée par la metteuse en scène Danielle Le Saux-Farmer de tous ces textes aux effluves tantôt documentaires, tantôt fictifs, flirtant autant avec la poésie qu'avec l'absurde.

C'est vraiment un voyage en 11 escales, si on veut, qu'on propose au public, dans vraiment cette optique de la rencontre et de l'écoute de ce voyage, précise le directeur artistique du projet.

Les comédiennes Hélène Dallaire et Karine Ricard et les acteurs Roch Castonguay et Ziad Ek donneront corps et voix à ces 11 rencontres, dans un environnement sonore de Dan Bédard.

POUR Y ALLER
En grève autour de théières fumantes
À Sudbury : 15 novembre, pub du Collège Boréal (19 h 30)
À Ottawa : 16 novembre, L'Avant-Garde (20 h)
À Toronto : 21 novembre, The Attic (20 h)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Théâtre