•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1,8 million de morceaux de déchets dans la baie de Fundy

Le sac gris est entouré de petites plantes marines et de coquillages.

Un sac en plastique à demi enfoui dans les sédiments au fond de la baie de Fundy.

Photo : Nova Scotia Community College

Radio-Canada

Au moins 1,8 million de morceaux de déchets, de plastique et d’équipement de pêche se trouvent au fond de la baie de Fundy entre le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse, estiment des chercheurs d'une nouvelle étude.

Ce n’est pas qu’un problème d’esthétisme, explique l’un des auteurs de l’étude, Tony Walker, professeur au Département d’études environnementales de l’Université Dalhousie, à Halifax.

La présence des déchets au fond de la mer entraîne une perte d’habitat pour les espèces marines, souligne le professeur Walker. Le plastique est aussi menaçant pour celles-ci, car elles risquent d’ingérer des particules ou de rester empêtrées dans ces déchets, ajoute-t-il.

L'étude a été publiée jeudi dans le Marine Pollution Bulletin (Nouvelle fenêtre). Les chercheurs ont étudié le fond de la baie à 281 endroits au cours des trois dernières années. Ils estiment que 137 déchets par kilomètre carré recouvrent le fond marin.

Les principaux déchets notés :

  • du plastique (51 %);
  • de l’équipement de pêche perdu ou abandonné (28 %);
  • des câbles, du métal et des pneus (21 %).

L’adjointe de recherche Alexa Goodman, à l’Université Dalhousie, a visionné 33 heures d’enregistrement vidéo du fond de la baie. Elle dit avoir ressenti un choc en constatant cette quantité de déchets. De nombreux déchets sont à demi enfouis dans les sédiments marins, et il est difficile d’estimer depuis combien de temps ils se trouvent là, souligne-t-elle.

Les deux scientifiques interviewés dans un bureau.

Le professeur Tony Walker et l'assistante de recherche Alexa Goodman sont les principaux auteurs de l'étude. C'est la première étude des déchets dans les eaux de l'est du Canada, selon eux.

Photo : CBC/Dave Laughlin

La quantité totale de déchets dans la baie est probablement sous-estimée, parce que des déchets sont enfouis et invisibles, indique Tony Walker. Les particules de plastique sont aussi invisibles, ajoute-t-il.

La plupart des déchets se trouvent à 9 km ou moins de la côte. Dans les secteurs au centre de la baie, les déchets étaient exclusivement liés à la pêche.

Les chercheurs notent des concentrations de déchets à deux endroits, l’un près du terminal du traversier de Digby, en Nouvelle-Écosse, l’autre à Gardner Creek, au Nouveau-Brunswick. Ils ont trouvé plus d’une dizaine de sacs à ordures.

Le mouvement des eaux lié à la marée a peut-être créé ces concentrations de déchets.

L’origine de l’étude

L’étude découle d’un projet distinct de cartographie du fond de la baie commandité par le ministère des Pêches et des Océans du Canada et par l’industrie des pêches. Une équipe de recherche appliquée du Nova Scotia Community College a fait ce travail.

L'équipe a communiqué avec le professeur Tony Walker après avoir visionné des enregistrements vidéo du fond marin. Les deux organismes ont alors convenu de collaborer pour faire une étude, explique-t-il.

Le casier est à demi enfoui dans du sable.

Un casier à homard au fond de la baie de Fundy

Photo : Nova Scotia Community College

Les images vidéo prises par l'équipe du Nova Scotia Community College révèlent la présence de pneus, de casiers à homard et de sacs en plastique au fond de la mer.

Toute la population, notamment les décideurs politiques et les industriels, devrait voir ces images révélatrices, estime Alexa Goodman. Elles sont utiles pour améliorer les politiques publiques, dit-elle.

Ce que les chercheurs n’ont pas observé

Les chercheurs n’ont toutefois pas observé de conséquences néfastes directes de tout ce plastique sur les organismes marins.

Ils n’ont pas remarqué non plus de « pêche fantôme », c’est-à-dire de cas où de l’équipement de pêche au fond de la mer continue de capturer et d’entraîner la mort d’espèces marines.

L'élastique bleu au milieu de coquillages ensablés.

Un élastique pour pince à homard au fond de la baie de Fundy

Photo : Nova Scotia Community College

L’équipement de pêche perdu ou abandonné en mer est quand même problématique, selon Alexa Goodman. Il n’y a encore à l’heure actuelle aucun moyen pratique et efficace de se débarrasser ou de recycler de l’équipement de pêche, dit-elle.

Tony Walker rappelle l’importance de la pêche pour l’économie des provinces de l’Atlantique. C’est pourquoi, dit-il, la pêche doit être faite de façon aussi durable que possible.

Avec les renseignements de Paul Withers, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Pollution