•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une ministre pro-Pékin de Hong Kong prise à partie à Londres

Teresa Cheng est tombée par terre lors d'une échauffourée avec des contestataires.

Agence France-Presse

La police britannique a indiqué vendredi avoir ouvert une enquête après l'agression d'une ministre hongkongaise à Londres, lors d'une altercation avec des personnes soutenant le mouvement prodémocratie agitant Hong Kong, qui a provoqué la colère de Pékin.

La police enquête sur une agression supposée qui a eu lieu hier, aux alentours de 17 h 05 [heure locale et GMT], a indiqué la police de Londres dans un communiqué, ajoutant qu'une femme avait été conduite à l'hôpital pour une blessure au bras, sans toutefois confirmer l'identité de Mme Cheng.

Aucune arrestation n'a eu lieu à ce stade et l'enquête poursuit son cours, a-t-elle ajouté.

Teresa Cheng devait donner jeudi une conférence au Chartered Institute of Arbitrators (CIAbr), une institution spécialisée dans l'arbitrage de conflits internationaux, lorsqu'elle a été prise à partie par des manifestants soutenant le mouvement prodémocratie hongkongais.

Une ministre pro-Pékin de Hong Kong prise à partie à Londres

Des vidéos montrent la ministre de la Justice au sol, sans qu'on sache exactement si elle a été poussée. Peu après, elle se relève et est escortée par des agents de sécurité.

Mme Cheng a été agressée par la foule alors qu'elle s'apprêtait à entrer dans notre immeuble, a déclaré le CIAbr dans un communiqué, qui a alors décidé d'annuler l'événement.

La Chine a dénoncé une agression barbare et a pressé le Royaume-Uni de mieux assurer la sécurité et la dignité de tous les fonctionnaires chinois.

Mme Cheng est une des membres les plus impopulaires du gouvernement hongkongais, notamment parce qu'elle avait été considérée comme un des principaux artisans du projet de loi sur les extraditions vers la Chine, qui avait mis le feu aux poudres en juin et qui a depuis été abandonné.

Jamais un membre de l'exécutif hongkongais n'avait été aussi violemment pris à partie depuis le début de la contestation de l'exécutif pro-Pékin, début juin, dans l'ancienne colonie britannique.

Par ailleurs, Hong Kong a confirmé vendredi que l'île était entrée dans sa première récession en une décennie. De juillet à septembre, son économie a décru de 3,2 % par rapport au trimestre précédent. Il s'agit du deuxième trimestre négatif de suite, ce qui répond à la définition habituelle d'une récession.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Asie

International