•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelles frappes israéliennes sur Gaza

Des Palestiniens se rassemblent autour d'un bâtiment détruit par des bombardements israéliens.

Les frappes israéliennes ont détruit plusieurs bâtiments dans la bande de Gaza.

Photo : Reuters / Ibraheem Abu Mustafa

Radio-Canada

Le cessez-le-feu signé dans la nuit de mercredi à jeudi entre Israël et le Djihad islamique n’a pas tenu. Israël a de nouveau procédé à des frappes ciblant le Djihad islamique.

L'armée israélienne est actuellement en train de frapper des cibles terroristes du Djihad islamique dans la bande de Gaza, a-t-elle annoncé dans un message sur WhatsApp. Elle avait rapporté, plus tôt dans la journée, que cinq projectiles avaient été tirés depuis la bande de Gaza vers Israël.

Le cessez-le-feu est survenu après deux jours de frappes israéliennes, qui ont fait 32 morts, et de 450 tirs de roquettes du Djihad islamique sur Israël, forçant des établissements publics à fermer pendant une journée.

C’est l'émissaire de l'ONU pour le Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, qui avait piloté avec les autorités égyptiennes une médiation en vue d'une désescalade urgente. L’accord de cessez-le-feu entré en vigueur jeudi à 5 h 30, heure locale, n’a finalement tenu qu’une journée.

Selon un responsable égyptien, l’accord stipulait que les factions palestiniennes devaient s’assurer de maintenir la paix lors des manifestations contre le blocus israélien de Gaza et pour le retour des réfugiés palestiniens sur leur terre. Israël devait de son côté s’assurer d’un cessez-le-feu pendant les manifestations de la marche du retour.

Depuis le printemps 2018, où ont commencé ces manifestations le long de la frontière avec Israël, soulignant le 70e anniversaire de l’exode des Palestiniens en 1948, plus de 300 Palestiniens ont été tués et des milliers d’autres blessés.

Ces manifestations doivent reprendre vendredi.

Peu avant l'entrée en vigueur du cessez-le-feu, dans la nuit de mercredi à jeudi, huit membres de la même famille palestinienne, dont cinq enfants, ont été tués dans une frappe israélienne contre leur résidence de Deir al-Balah.

Ces décès portent à 34 le nombre de morts à Gaza dans les frappes israéliennes visant depuis mardi le Djihad islamique, un groupe armé de l'enclave palestinienne.

Un commandant du Djihad islamique ciblé

Les nouveaux affrontements avaient débuté mardi à l'aube avec une opération ciblée israélienne contre Baha Abou al-Ata, un haut commandant du Djihad islamique tenu responsable par Israël d'une série d'attaques récentes.

Le but de l'opération était d'éliminer le commandant du Djihad islamique dans la bande de Gaza, il a été tué ainsi que des dizaines de terroristes, a dit le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou. Nos ennemis ont reçu le message : nous pouvons atteindre qui nous voulons, y compris dans son lit.

Dans la foulée de cette frappe contre Abou Ata, le Djihad islamique a lancé un tir de barrage de roquettes sur Israël, qui a de son côté multiplié les frappes aériennes contre les positions à Gaza du groupe islamiste armé.

Dans les régions israéliennes proches de l'enclave, des roquettes ont endommagé des maisons et une usine. Une autre est tombée sur une autoroute, passant à quelques mètres de foudroyer des voitures en circulation.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Moyen-Orient

International