•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'esplanade Tranquille, pour un grand libraire et une grande révolution

Ce qui deviendra l'esplanade Tranquille, qui sera inaugurée l'année prochaine.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'esplanade Clark, dans le Quartier des spectacles, est rebaptisée esplanade Tranquille pour rendre hommage au libraire Henri Tranquille, qui a marqué l'histoire de Montréal.

Plus qu'un libraire, Henri Tranquille était un phare dans la grande noirceur. C'est chez lui qu'a été lancé le manifeste du Refus global en 1948.

C'était un pusher de grand air, c'est comme ça que j'aime l'appeler. Parce que c'est pas que des livres, c'est de l'invitation au voyage, raconte l'auteure et réalisatrice Anaïs Barbeau-Lavallette.

Son grand-père Marcel Barbeau ainsi qu'Anne Hébert, Hubert Aquin et Réjean Ducharme, entre autres, sont passés par la boutique.

Le libraire Henri Tranquille en 1981.

Le libraire Henri Tranquille en 1981

Photo : Radio-Canada / Archives de Radio-Canada

Sa librairie n'était pas juste une pépinière, mais un endroit de rassemblement, une place forte où l'on pouvait s'élaborer certaines stratégies de publication, de création. Un lieu politique aussi, explique Bruno Lalonde, propriétaire de l'atelier-librairie Le livre voyageur.

La librairie Tranquille sur la rue Sainte-Catherine au coin de Clark.

La librairie Tranquille sur la rue Sainte-Catherine au coin de Clark

Photo : Radio-Canada

Fondée en 1937, la librairie et son propriétaire ont été déterminants pour plusieurs auteurs. C'est grâce à lui qu'Yves Beauchemin a publié son premier roman, L'enfirouapé, refusé par toutes les maisons d'édition.

Il l'a lu en trois nuits. Je suis revenu à la librairie, il a dit : "Ça, faut que ce soit édité". Il a téléphoné à Alain Stanké, qui dirigeait les Éditions La Presse. Il lui a ordonné d'éditer mon livre. Alors Stanké, avec un sourire en coin, a dit : "Oui sûrement, mais me laissez-vous lire le manuscrit avant de le publier"?

Yves Beauchemin, écrivain

Henri Tranquille disait : J'ai probablement aimé trop les livres pour être un bon commerçant. Sa librairie a fait faillite en 1975.

L'esplanade Tranquille devrait être inaugurée l'an prochain.

"Tranquille" pour Henri Tranquille, la librairie Tranquille, et "Tranquille" parce que la place est un petit peu en retrait de la place des spectacles [...] Alors on aimait bien le parallèle de : ça bouge d'un côté, de l'autre côté on se repose. Il va y avoir un beau chalet, ça va être un lieu de découvertes et de rencontres.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

Avec les informations de Nabi-Alexandre Chartier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Histoire

Société