•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vent d'optimisme à l’Association franco-culturelle de Hay River

Un panneau de l'AFCHR.

L’Association franco-culturelle de Hay River veut améliorer les relations entre Fort Smith et Hay River, deux petites communautés reliées par seulement 230 kilomètres de routes.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Mario De Ciccio

Alors que l’Association franco culturel de Hay River s'apprête à tenir son assemblée générale annuelle et fêter les 20 ans de sa constitution actuelle, l'organisme francophone espère atteindre une meilleure stabilité administrative et continuer son rapprochement avec Fort Smith au cours de la prochaine année.

Ce ne sera pas la première fois que l’AFCHR fêtera ses 20 ans lors de son AGA vendredi soir.

Un article du journal l’Aquilon, titré « Elle a 20 ans pour longtemps » (Nouvelle fenêtre) avait, en 2007 souligné les 20 ans depuis l’enregistrement de l’AFCHR auprès du gouvernement ténois, en 1987.

Selon l’agente de développement de l’organisme, Édith Vachon-Raymond, le 20e anniversaire souligne cette fois les 20 ans de la constitution actuelle de l’association.

Peu importe l’âge de l’organisme, Édith Vachon Raymond et la présidente, Soraya Ellert, portent maintenant leurs regards vers l’avenir de l’AFCHR.

Beaucoup de travail a été fait au cours de la dernière année pour mettre de l’ordre dans les états financiers et dans les statuts et règlements de l’association qui devront être approuvés lors de l'assemblée générale annuelle, vendredi soir, explique Soraya Ellert.

Une nouvelle stabilité

Selon Édith Vachon Raymond, qui a occupé plusieurs postes au sein de la francophonie à Hay River depuis 10 ans, l’association avait beaucoup souffert d’un fort taux de roulement dans le poste qu’elle occupe à présent.

« Après 10 ans à avoir vu les difficultés du poste d’agent de développement, je me suis dit que j’allais m’asseoir dans la chaise de l’agent et regarder ce qu'on peut faire pour mieux structurer et donner un sens à cet emploi-là. »

Elle espère que l’expérience qu’elle apporte au poste à temps partiel et que le prochain plan stratégique de l’association permettront une restructuration du poste et viendront, au moins, mieux encadrer les futurs employés de l’association.

Ce soutien permettra d'alléger la tâche du conseil d’administration et des bénévoles.

« Je pense qu’on s’en va vraiment vers quelque chose de nouveau et de plus structuré. Ça va faire du bien après la dernière décennie un peu plus houleuse, si on veut, d’un point de vue de la rétention de nos employés et du maintien de nos activités et de nos locaux », dit-elle.

Le rapprochement avec Fort Smith

Lors de son assemblée générale de 2018, l’AFCHR s’est donné comme objectif d’explorer la possibilité de créer une association plus régionale qui inclurait les résidents de Fort Smith.

Le processus de rapprochement avec les francophones de cette municipalité se poursuit. Plus récemment, un poste à temps partiel a été créé afin de mieux développer les relations entre Hay River et Fort Smith.

Un tour d'eau sur laquelle est écrit "Smith".

Selon le dernier recensement, la municipalité de Fort Smith compte un peu plus de 2500 habitants.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

L’AFCHR dit sentir une ouverture des francophones et francophiles de Fort Smith pour la francophonie régionale.

L’association se donne comme objectif d’y organiser au moins trois événements avant la fin mars 2020. Édith Vachon-Raymond encourage aussi les francophones à venir assister à l'assemblée de vendredi, tout en rappelant que l’AFCHR pourra rembourser les frais de déplacement.

Un nouveau conseil d’administration

Lors de l’assemblée générale, les membres de l’association devront, entre autres, élire quatre des cinq membres de son conseil d’administration. Seule la présidence, le poste de Soraya Ellert, n’est pas à pouvoir.

La présidente espère avoir un conseil d’administration complet à la fin de la soirée, mais elle avoue que de trouver des administrateurs qui resteront toute la durée de leur mandat est un défi.

Une femme sourit pour la caméra.

La presidente de l’AFCHR, Soraya Ellert.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

« On [ne] se le cache pas, [pour] les organismes communautaire, que ce soit ici dans le Nord [ou] dans les communautés minoritaires en Saskatchewan, Alberta ou ailleurs, c’est toujours un défi de se trouver des membres pour un conseil d’administration. »

Le reste de l’assemblée de vendredi servira à revenir sur la dernière année, mais, selon Soraya Ellert, le but est surtout de se tourner vers l’avenir et vers les projets que l'association veut développer.

Édith Vachon-Raymond est arrivée à Hay River en 2009, alors qu’elle travaillait pour le journal l’Aquilon, dans un bureau partagé avec l’AFCHR.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand-Nord

Francophonie