•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CISSS-AT réclame une hausse significative de son financement par l’État

Deux femmes et un homme sont assis derrière une table lors d'une séance de conseil d'administration.

Le conseil d'administration du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue se réunissait le 14 novembre à Val-d'Or.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Thomas Deshaies

Le conseil d’administration du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT) presse de nouveau la ministre de la Santé d’augmenter significativement son financement.

Ce n’est pas la première fois que le conseil d’administration fait une telle demande ni la première fois que les déficits de l’organisation font les manchettes. En date du 14 novembre 2019, le CISSS-AT prévoit terminer son année financière avec un déficit de plus de 32 millions de dollars.

Les membres du conseil d’administration avaient déjà réclamé une hausse en février, ainsi qu’en mai. Ils feront de nouveau parvenir une lettre à la ministre de la Santé, Danielle McCann.

On est dans une région comme tant d’autres au Québec et on a des particularités régionales qui coûtent plus cher.

Claude Morin, président du CA du CISSS-AT

Des déficits attribuables, selon l’organisation, aux particularités régionales, à la hausse des frais reliés aux médicaments et à l’accroissement de l’utilisation de main-d’œuvre indépendante dans un contexte de rareté de main-d’œuvre.

Impossible d’en faire plus

Le président du CA, Claude Morin, martèle qu’il est impossible de diminuer davantage les dépenses. Les efforts par le CISSS-AT pour diminuer les coûts ont été invraisemblables, s’exclame-t-il. Vous savez les fonds de tiroir, on les a vidés depuis les quatre dernières années. Alors, c’est le temps aujourd’hui que la ministre reconnaisse qu’on a un manque à gagner important puis qu’elle vienne nous aider.

L’organisation réclame une hausse d’une vingtaine de millions de dollars de son financement gouvernemental et non une aide financière d’urgence.

Questionné à savoir comment réagirait l’organisation face à un éventuel refus du ministère, M. Morin a répliqué que la ministre devrait alors intervenir. À ce moment-là, on va demander à la ministre, ce sont quoi les plans qu’elle a et de quelle façon elle souhaite qu’on y arrive. Parce que vous savez, on a un modèle régional à respecter. Une infirmière, je ne peux pas la couper en deux, a-t-il conclu.

Par courriel, le ministère de la Santé a indiqué que l’année financière n’est pas encore terminée, il est donc prématuré de confirmer si le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue fera un déficit et, si oui, de quelle hauteur.

Comme d’autres établissements, le CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue fait effectivement face à des défis découlant notamment de la situation de la main-d’œuvre, et il a la responsabilité d’effectuer une saine gestion de son budget et de déployer tous les efforts nécessaires pour respecter les obligations légale auxquelles il est soumis en vertu de la Loi sur l'équilibre budgétaire du réseau public de la santé et des services sociaux, et ce, sans compromettre l’accessibilité et la qualité des soins de santé et aux services sociaux. Le MSSS appuie le CISSS dans la concrétisation de ces efforts visant l’atteinte de l’équilibre budgétaire, et examine les demandes de développement budgétaires associées à des renforcements des soins et services pour les usagers, leurs proches et la population, tout en respectant la capacité de payer des contribuables, ajoute-t-on.

Hausse du financement aux organismes communautaires

La ministre de la Santé avait annoncé l’été dernier un rehaussement de 1,3 million de dollars du financement des organismes communautaires de la région, qui s’ajoute aux 16 millions de dollars. Le CA du CISSS-AT a procédé jeudi à la répartition des montants entre la centaine d’organismes du territoire. Ce sont 103 organismes sur les 122 qui vont bénéficier d’un rehaussement entre 5000 et un peu plus de 39 000 $ pour contribuer à la réalisation de leur mission, a expliqué la présidente-directrice générale du CISSS-AT, Caroline Roy. Une hausse qualifiée « d’historique » en comparaison avec les précédents rehaussements.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Établissement de santé