•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'utilisation du logiciel mis en cause dans la mort de Thomas Audet soulève des questions

Un bébé tend le bras devant lui.

Thomas Audet est mort à Alma, en 2016, dans des circonstances nébuleuses.

Photo : Courtoisie

Radio-Canada

Selon un rapport de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse obtenu par l’équipe de l’émission Enquête, l’utilisation du logiciel Système de soutien à la pratique aurait contribué à la mort tragique du petit Thomas Audet, un garçonnet de 22 mois. Cet outil, qui génère une analyse sur la base des réponses d’un intervenant de la Direction de la protection de la jeunesse à des questions à choix multiples, a suscité des interrogations au Saguenay-Lac-Saint-Jean, mais aussi à Québec.

La représentante syndicale de l'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux dans la région, Nancy Poulin, a souligné que des réponses doivent être trouvées à deux grandes questions.

Qu’est-ce qu’on fait avec ce logiciel-là? Est-ce qu’il est encore pertinent?, a-t-elle lancé.

Mme Poulin a mentionné que le ministère [provincial de la Santé et des Services sociaux] a intérêt à avoir une réflexion autour de ça.

Pendant ce temps à l’Assemblée nationale

De son côté, le premier ministre du Québec, François Legault, a reconnu qu’ il faudra vérifier si le logiciel est [désormais] bien utilisé.

Ce que je comprends, c’est que le logiciel est correct, qu’il est bon, mais qu'il a été mal utilisé, a-t-il affirmé.

Il a enchaîné en soulevant à son tour une interrogation à propos de cet outil.

Comment fait-on pour s’assurer qu’il soit bien utilisé?, a-t-il demandé à haute voix.

Quant à la ministre provinciale de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, elle a indiqué, en parlant du logiciel, qu’il s’agit d’un outil qui aide à la décision.

Elle a ajouté qu’il y a toujours le jugement clinique.

Par contre, elle a pris le soin de dire qu’au sein du gouvernement québécois, on veut comprendre ce qui s’est passé pour pouvoir faire tous les ajustements [nécessaires] dans ce logiciel.

Avec les informations de Mélissa Savoie-Soulières

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Enfance