•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’avocat radié Jean-Roch Parent remis en liberté

Jean-Roch Parent.

Jean-Roch Parent

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'avocat radié de Québec Jean-Roch Parent obtient, sous certaines conditions, une remise en liberté le temps que le tribunal se penche sur une requête en autorisation d'appel pour sa sentence.

Lundi, l'avocat radié a obtenu une peine de 6 mois de prison pour avoir menacé de cogner un agent de la Sûreté du Québec (SQ) lors d'une banale interception routière pour laquelle il risquait une amende de 100 $.

Une requête en autorisation d'appel de la sentence et une requête pour remise en liberté ont été déposées le lendemain par l'avocat de M. Parent.

Dans sa demande pour faire appel, l'avocat de M. Parent reproche la considération, par le juge, du statut d’avocat de M. Parent alors qu’il n’était pas dans l'exercice de ses fonctions, et que des sanctions moins contraignantes que l’emprisonnement auraient pu être considérées.

Le juge de la Cour d'appel, Simon Ruel a indiqué que ces arguments ne sont pas futiles et justifient que la Cour puisse les évaluer.

Le ministère public s'opposait à cette remise en liberté, mentionnant que l'emprisonnement de M. Parent est nécessaire pour préserver la confiance dans l'administration de la justice.

Conditions de remise en liberté

Durant les procédures, Jean-Roch Parent s'engage à avoir une conduite exemplaire, de demeurer à la même adresse, de ne pas entrer en contact avec ses victimes et de ne pas posséder d'arme.

L'ancien avocat porte aussi le verdict de culpabilité en appel.

Les faits reprochés à Jean-Roch Parent remontent au 4 mai 2017.

En septembre, le Conseil de discipline du Barreau a interdit à M. Parent d'exercer sa profession d'avocat pendant un total de 16 mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Procès et poursuites