•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le brai de bouleau utilisé comme colle pendant au moins 50 000 ans

Une forêt de bouleaux.

Fabriqué par le traitement thermique de l’écorce, ce goudron végétal est considéré comme le plus ancien matériau synthétique connu.

Photo : getty images/istockphoto / PinkBadger

Radio-Canada

La plus ancienne colle au monde, le brai de bouleau, a été utilisée pendant au moins 50 000 ans, par des tribus préhistoriques, et jusqu’aux peuples Gaulois.

Fabriqué à partir du traitement thermique de l’écorce, ce goudron végétal est considéré comme le plus ancien matériau synthétique connu.

En fait, le goudron d'écorce de bouleau était utilisé par les premiers humains comme adhésif pour emmancher des outils, des armes comme des flèches, ou encore pour décorer des objets.

Jusqu’à maintenant, les archéologues pensaient que ce brai avait disparu de l’Europe occidentale à la fin de l’âge de fer (800 av. J.-C. – 25 av. J.-C.) au profit des résines de conifères qui étaient fabriquées de manière presque industrielle à l’époque romaine.

Or, les présents travaux de scientifiques français associés au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) montrent que le recours au brai de bouleau s’est poursuivi pendant toute cette période, et peut-être même au-delà.

Pour en arriver à ce constat, l’archéologue Martine Regert et ses collègues ont étudié des objets datés du 1er au 6e siècle apr. J.-C.

Ils ont, entre autres, procédé à des analyses chimiques des résidus présents sur des charnières romaines.

Les chercheurs ont ainsi pu établir la présence de goudron d'écorce de bouleau dans la plupart des échantillons. Une réalité qui montre, selon eux, la persistance à l'époque romaine d’une pratique millénaire établie de longue date.

L’utilisation de brai de bouleau a donc perduré au moins jusqu’à l’Antiquité tardive.

Des traces ont même été décelées sur des objets trouvés dans une région où les bouleaux sont rares.

Ces nouvelles connaissances nous éclairent sur la transmission des connaissances techniques à l’époque et sur le développement de réseaux commerciaux de longue distance associés au goudron d'écorce de bouleau.

Le détail de ces travaux a été publié dans la revue Antiquity (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Archéologie

Science