•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les gilets jaunes face à la stratégie de la peur de Macron

Une entrevue avec David Dufresne, journaliste français indépendant, spécialiste des gilets jaunes.

Des manifestants repoussés au sol par un canon à eau

Les policiers repoussent des manifestants gilets jaunes avec des canons à eau, à Paris, le 1er décembre 2018.

Photo : Reuters / Stephane Mahe

Yanik Dumont Baron
Mis à jour le 

Cette fin de semaine marquera le premier anniversaire du mouvement des gilets jaunes en France. Le 17 novembre 2018, près de 300 000 Français prenaient d'assaut des ronds-points, des péages et des axes routiers, sonnant le début d'une contestation parfois violente contre les politiques du président Emmanuel Macron. Un an plus tard, la mobilisation demeure, même si nombre d’entre eux ont baissé les bras, ébranlés par une riposte policière qui a fait des milliers de blessés.

Notre correspondant à Paris s'est entretenu avec le journaliste indépendant David Dufresne, l'un des premiers à avoir alerté l'opinion publique sur cette violence policière.

Spécialiste du phénomène des gilets jaunes

Le journaliste David Dufresne

Photo : Radio-Canada / Yanik Dumont Baron

Yanik Dumont-Baron. Y a-t-il dans le passé récent de la France d’autres mouvements sociaux lors desquels il y a eu autant de blessés?

David Dufresne. Pas vraiment. D'abord, parce qu’il n'y a pas eu de mouvement social comparable à celui-ci depuis au moins 50 ans, avec des gens qui manifestent tous les samedis et tiennent des ronds-points. C’est quand même inédit.

Il y a eu, par le passé, des mouvements forts, parfois violents, mais ils n’ont pas du tout amené ce genre de blessés. Là, on est passé à une phase inédite en termes de blessures, de mutilations. Je rappelle que 24 personnes ont perdu un œil, cinq une main. C'est un véritable drame. Et c’est ce qui me fait dire qu'on est passé du maintien de l'ordre à la répression.

Et puis il y a aussi tout ce qui a été fait pour décourager les gens.

YDB. Il y avait donc, de la part des autorités, du gouvernement, cette idée de faire peur aux gens?

DD. Écoutez, je crois qu'on peut arriver à cette conclusion sans problème. Au départ, ce n'était pas évident de trancher, parce que c'est un choix politique extrêmement court-termiste et extrêmement dangereux. Jouer sur la peur, la violence, le découragement... Mais objectivement, on peut dire que cette stratégie, pour l'instant, elle a payé, c'est-à-dire que l'ordre n'a pas été bouleversé.

Cette stratégie est d'autant plus étonnante qu’à l'origine, Emmanuel Macron a été élu à la présidence pour éviter ce genre de politique. Et tout le discours dans lequel on est aujourd'hui, « moi ou le chaos », c'est-à-dire Macron ou le Rassemblement national de Marine Le Pen, indique que normalement il ne devrait pas aller dans cette direction-là.

Ils y sont allés.

YDB. Quel a été l'effet de ces tactiques policières sur les manifestants? On sent que le nombre de gens dans les rues diminue. Est-ce qu'il y a un lien à faire?

DD. Il y a probablement un lien, puisque j'entends plein de gens dire « à un moment donné, j'ai arrêté, j'ai eu trop peur, j'ai eu peur pour mon œil, j'ai peur pour ma main, j'ai peur pour mes enfants ». Ce qui est sidérant quand même. Il faut entendre cette peur-là. La France ne peut pas répéter au monde entier qu'elle est la patrie des droits de l'homme et dans le même temps piétiner à ce point les libertés individuelles, les libertés publiques.

Ce qui fait en sorte que ce peuple français qui a l'habitude de manifester, désormais, il a peur.

Des gilets jaunes se font repousser par un policier casqué qui porte un bouclier.

Des affrontements lors d'une manifestation à Paris le 20 avril 2019.

Photo : Reuters / Gonzalo Fuentes

YDB. Jusqu’ici, seuls deux policiers ont été mis en accusation. Est-ce qu'on doit y voir un choix de l'État ou la justice prend simplement son temps?

DD. Là, on est dans la mascarade. On a ici deux policiers poursuivis pour des faits extrêmement mineurs, l'un pour avoir lancé un pavé sans faire de victime, l'autre pour avoir giflé un manifestant. Alors que moi, je vous parle de mutilés, de gens qui ont perdu un œil, un testicule, une main, un pied, qui ont perdu un travail, parce que choqués. Il y a un nombre de gens traumatisés, c’est complètement ahurissant. Et là, tout d'un coup, on apprend que la justice va poursuivre deux policiers dans des affaires extrêmement mineures.

C'est un choix politique et un nouveau camouflet pour les gilets jaunes.

Il y a d’abord eu cette violence policière, puis une répression judiciaire sans retenue, et puis des mots extrêmement durs de la part du personnel politique, d'Emmanuel Macron, du ministre de l'Intérieur, du premier ministre. Des mots très très durs : « séditieux », « factieux », certains journalistes parlent des gilets jaunes comme de la vermine. Ce sont des termes d'une violence inouïe. Et aujourd'hui, on a une quatrième couche qui est celle de la justice qui semble finalement garantir aux policiers une forme d'impunité.

Là encore, on est dans le court terme. C'est-à-dire que, sous prétexte de se préserver, l'État joue en réalité avec sa crédibilité.

YDB. Que réserve cette nouvelle année aux gilets jaunes?

DD. C'est très difficile à dire. Ce qui est indéniable, c'est leur détermination. C’est là où c'est intéressant de s'intéresser aux mutilés, aux blessés. On voit des gens qui continuent à aller manifester, c'est-à-dire à passer outre leur peur physique.

Les policiers nous disent que ça n’a jamais été aussi violent. Je conteste ça. Mais en revanche, je reconnais qu'en effet, aujourd'hui, la police française fait peut-être moins peur qu'avant. Et donc, effectivement, il y a plus d'affrontements.

Cette détermination, il en restera des choses. Les violences policières, je pense, ont marqué une génération, c'est-à-dire que les gilets jaunes qui, pour une bonne part, sont des gens qui n'avaient jamais manifesté jusqu'ici ont tout découvert d'un coup, c'est à dire à la fois la liesse de la manifestation et les coups de matraque.

Et puis les policiers sont présents en nombres absolument ahurissants. On parle de policiers qui ne sont pas formés, entraînés, équipés, qui parfois masquent leur numéro de matricule, qui sont cagoulés, qui portent parfois des masques guerriers. Je veux dire, on est dans un climat qui est assez terrifiant.

YDB. Quel héritage politique pour les gilets jaunes?

DD. Les gilets jaunes pratiquent une forme d’autogestion. Il y a ce qu'ils appellent l'assemblée des assemblées, qui se réunit de temps en temps. La dernière fois qu’elle s'est réunie, c’est il y a quelques jours. Elle a annoncé l'année gilets jaunes 2.0, alors, est-ce que ce sera la même chose? Ce n'est pas dit. Ce n'est pas dit parce que c'est un mouvement qui est totalement impromptu, improvisé. Il y a tout ça là-dedans. Donc, c'est très difficile de vous dire si il y aura un acte 53, 54, 55.

Ce qui est évident, cependant, c'est que tout le monde a compris que la France était dans une crise politique sociale majeure.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Crises politiques

International