•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incertitude entourant l'avenir de l'aréna Jean-Guy Talbot à Trois-Rivières

Extérieur de l'aréna en hiver.

L'aréna Jean-Guy Talbot a ouvert ses portes en 1969.

Photo : Radio-Canada / Sébastien St-Onge

Radio-Canada

Devant les nombreux questionnements soulevés par la possible démolition de l'aréna Jean-Guy Talbot, la Ville de Trois-Rivières a décidé de devancer la rencontre prévue avec les associations qui utilisent le bâtiment pour leurs activités.

Les autorités municipales vont présenter les détails entourant l’avenir de l'aréna vendredi avant-midi, au lieu du 21 novembre, comme c'était initialement prévu.

Une pétition a d'ailleurs été lancée au cours des dernières heures pour sauver l’aréna. Vers 14 h, près de 500 personnes avaient signé la pétition sur Internet.

C’est en recevant la convocation pour la rencontre du 21 novembre que le président et copropriétaire de l’équipe Climatisation Cloutier, de la ligue de hockey senior AAA du Québec, Yves Tremblay, a été mis au courant de discussions entourant l’avenir de l’aréna situé dans le secteur Cap-de-la-Madeleine.

Il affirme ne pas avoir eu de confirmation que la Ville veut démolir l'aréna, mais tout indique que c'est ce que la Ville prévoit. Ce n’est pas encore officiel, ça ne nous a pas été présenté comme tel, a-t-il déclaré en entrevue l’émission Facteur matinal, avant d’apprendre le devancement de la rencontre.

Pour les gens du Cap, [l’aréna Jean-Guy Talbot] est un symbole.

Yves Tremblay, président et copropriétaire de l’équipe Climatisation Cloutier

L'aréna a ouvert ses portes en 1969 et depuis 1973, il a été baptisé l'aréna Jean-Guy Talbot en l'honneur de l'ancien défenseur du Canadien de Montréal, originaire du secteur Cap-de-la-Madeleine.

Jean-Guy Talbot a été contacté par le maire de Trois-Rivières Jean Lamarche pour l'avertir de possibles changements, sans lui donner plus de précisions.

L'homme devant l'aréna qui porte son nom.

Jean-Guy Talbot a joué avec le Canadien de Montréal de 1954 à 1967.

Photo : Radio-Canada

Pour écoutez l'entrevue de Jean-Guy Talbot à l'émission 360 PM, cliquez ici.

L'homme déplore que l'aréna n'ait pas été rénové plus tôt.Il aurait fallu, quand on commençait à avoir des troubles, le réparer tout suite. S'ils l'avaient réparée tout de suite, il serait encore debout, mais ils l'ont pas fait.

« Nous sommes plusieurs à penser qu'il devrait le rénover plus tôt que le démolir. Ici, à Trois-Rivières, on manque de patinoires pour nos jeunes et en plus, c'est la seule patinoire dans le secteur Cap-de-la-Madeleine. Oui, oui, je vous entends dire il y a le CSAD, mais non, il n'y a pas assez de place pour le hockey scolaire et hochey senior AAA. »
- Extrait du texte de la pétition adressée au maire de Trois-Rivières Jean Lamarche, sur le site avaaz.org

De jeunes hockeyeurs sur la glace et des gens dans les estrades.

L'aréna Jean-Guy Talbot est situé dans le secteur Cap-de-la-Madeleine, à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada

Des associations inquiètes

Un déménagement créerait beaucoup d'incertitudes pour l'équipe de hockey senior AAA.

À l’aréna Talbot, dans la ligue de senior, on opère les concessions de bar et de restaurant, ce sont des revenus pour nous, affirme le président de l'équipe Climatisation Cloutier, Yves Tremblay. Si on est appelé à déménager ailleurs, ça n’a pas encore été présenté, mais il faut savoir si on aurait les mêmes avantages.

Le budget d’opération de l’équipe est d’environ 125 000 $ par année. Si l’aréna devait être démoli, l’équipe Climatisation Cloutier pourrait aller à l’actuel Colisée. Yves Tremblay estime toutefois que pour que le Colisée réponde aux normes et aux besoins de l’équipe senior AAA, il faudrait des investissements d’environ 250 000 $ pour l’aménagement.

Quant à déménager au futur Colisée, Yves Tremblay trouve que c’est une option qui ne conviendrait pas à son équipe, notamment parce qu'il y a trop de place pour les spectateurs pour la ligue (5000) et craint de ne pas pouvoir opérer les concessions, ce qui causerait une perte de revenus importante pour son organisation.

L'entraîneur-chef des Estacades pee-wee élite, Alex Boucher, déplore le fait que les élèves auront à faire plus de déplacement si l'aréna est démoli et craint de perdre du temps de glace.

On a des groupes de perfectionnement qui sont au primaire, on a des groupes de développement qui sont ici aux Estacades également, donc il y a plusieurs personnes qui perdraient des heures de glace, dit-il. Ça engendrerait beaucoup de déplacement.

Avec des informations de Sébastien St-Onge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Hockey