•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plusieurs options sur la table pour l'ex-député Pierre-Luc Dusseault

Pierre-Luc Dusseault sourit à la caméra au café Faro.

Après sa défaite électorale le 21 octobre, Pierre-Luc Dusseault réfléchit toujours à la voie qu'il empruntera pour la suite des choses.

Photo : Radio-Canada / Chantal Rivest

Radio-Canada

Au petit matin du 22 octobre dernier, l’ex-député néo-démocrate Pierre-Luc Dusseault concédait la victoire à la candidate libérale, Élisabeth Bière, au terme d’une chaude lutte disputée dans la circonscription de Sherbrooke.

À la croisée des chemins, celui qui a été le plus jeune élu de l’histoire parlementaire canadienne réfléchit à la direction qu’il souhaite prendre. Un retour aux études, une carrière en politique ou même le lancement d’une entreprise font partie des voies qu’il songe à emprunter.

Lendemain douloureux

Avant de faire un pas en avant, l’ex-député rappelle qu’il fallait fermer le livre de sa vie de parlementaire.

C’est sûr que ce ne sont pas les résultats qu’on attendait, donc le lendemain aux premières heures, on commence à penser à la transition, à fermer les bureaux, parce que déjà la Chambre des communes nous appelle pour ça, explique Pierre-Luc Dusseault.

Malgré le lendemain douloureux, Pierre-Luc Dusseault affirme qu’il garde maintenant un souvenir positif de sa campagne électorale et de son passage à Ottawa.

Au terme du dépouillement, seulement 600 voix le séparaient de la candidate victorieuse avec qui il a été au coude à coude une bonne partie de la nuit.

Pierre-Luc Dusseault entouré de partisans à son rassemblement le soir des élections

Le candidat néo-démocrate Pierre-Luc Dusseault jette un dernier regard aux résultats avant de concéder la victoire à la libérale Élisabeth Brière.

Photo : Radio-Canada / Marie-Ève Lacas

On a fini proche, c’est certain que ce n’est pas comme gagner, mais on se dit qu’on a fait une bonne performance dans les circonstances, analyse-t-il avec le recul.

Avant de commencer le prochain chapitre de sa vie, Pierre-Luc Dusseault en profite pour se réinstaller à temps plein à Sherbrooke. Il apprend aussi à apprécier la vie sans la pression du rôle de député.

Ce qui est différent et même plaisant, c’est de profiter un peu du fait que je n’ai aucune responsabilité. Je n’ai personne qui va cogner chez moi pour demander de l’aide, souligne-t-il.

Retour aux études envisagé

Au terme de huit ans en politique, Pierre-Luc Dusseault songe à sa formation. Il pourrait retourner sur les bancs universitaires qu’il a quittés lors de son élection en 2011.

Il faudrait que j’aille des discussions avec quelques universités afin de voir si on peut reconnaître l’expérience que j’ai acquise pendant mes huit ans à Ottawa.

Pierre-Luc Dusseault, ex-député de Sherbrooke

Le domaine des sciences politiques demeure une option bien présente pour la poursuite de son parcours universitaire, mais les portes des autres facultés demeurent aussi ouvertes pour lui.

Replonger en politique

Une carrière en politique fait aussi partie des options qu’évalue l’ex-député. Toutefois, comme il désire demeurer à Sherbrooke,  il admet que les occasions de travailler dans le domaine y sont plus rares.

Chantal Rivest et Pierre-Luc Dusseault discutent au café Faro de Sherbrooke.

La chef d'antenne Chantal Rivest a rencontré Pierre-Luc Dusseault afin de discuter de sa vision d'avenir après sa défaite électorale.

Photo : Radio-Canada

Il n’exclut pas de retenter sa chance lors des prochaines élections afin de récupérer son poste de député ou même de se lancer en politique municipale.

Pour l’instant, refaire une campagne électorale ce n’est pas mon plan principal, mais j’aime la politique et on ne peut pas enlever ça lorsqu’on a la piqûre.

Pierre-Luc Dusseault, ex-député de Sherbrooke

Le fait que plusieurs personnes qu’il croise lui demandent s’il compte retenter sa chance lors du déclenchement des prochaines élections le porte à réfléchir.

Devenir son propre patron

D’ici là, le jeune papa entrevoit aussi la possibilité de se lancer en affaire. L’ex-député affirme que l’indemnité reçue lors de son départ de la Chambre des communes lui permettrait de capitaliser sur une nouvelle entreprise.

Le projet étant encore à un état embryonnaire, Pierre-Luc Dusseault se fait plutôt discret sur le secteur d’activité dans lequel il pourrait se lancer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Politique fédérale