•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Colombie-Britannique part en guerre contre le vapotage

Le ministre de la Santé, Adrian Dix, la ministre des Finances, Carole James, et le ministre de l'Éducation, Rob Fleming, en conférence de presse.

Le ministre de la Santé, Adrian Dix, la ministre des Finances, Carole James, et le ministre de l'Éducation, Rob Fleming, annoncent des mesures restrictives entourant le vapotage.

Photo : Radio-Canada / MIKE MCARTHUR

Geneviève Lasalle

La Colombie-Britannique dévoile de nouvelles mesures concernant le vapotage, répondant aux inquiétudes de parents et d'experts à la suite de problèmes de santé liés à la consommation des vapoteuses et au nombre grandissant de jeunes qui les utilisent.

Une série de mesures restrictives entourant les vapoteuses et les cigarettes électroniques, qui entreront en vigueur au printemps 2020, touchent les produits, leur accès, leur mise en marché et leur taxation, et font de la province la plus restrictive au pays en matière de vapotage.

En outre, le gouvernement de la Colombie-Britannique limite la proportion de nicotine dans les recharges pour cigarettes électroniques à 20 mg/ml. Les produits de vapotage devront avoir des emballages neutres comprenant des mises en garde pour la santé.

Le magasin EZ Vape est situé à côté d’une école élémentaire Montessori dans la rue Main à Vancouver.

Le magasin EZ Vape est situé à côté d’une école élémentaire Montessori, rue Main, à Vancouver. Le vapotage a connu une augmentation de 74 % chez les jeunes Canadiens, selon un rapport du « British Medical Journal ».

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

La publicité sera fortement réglementée dans les arrêts d'autobus et les parcs où se trouvent souvent des jeunes. Afin de ne pas favoriser le marché noir, la vente de produits aromatisés n'est pas interdite, mais ne sera autorisée que dans les magasins interdits aux moins de 19 ans.

Certains fabricants utilisent des arômes et de la publicité pour rendre séduisant et normaliser le vapotage chez les jeunes, fait remarquer le ministre de la Santé, Adrian Dix, dans un communiqué.

En conséquence, le taux de vapotage chez les jeunes augmente, ce qui les expose à un risque de dépendance et de maladie grave.

Adrian Dix, ministre de la Santé de la Colombie-Britannique

Victoria cherche à envoyer un message clair voulant que le vapotage « ne soit pas bien », et espère que le gouvernement fédéral et les autres juridictions emboîtent le pas.

Il est encourageant de voir que le gouvernement reconnaît que le vapotage constitue un problème de santé majeur, souligne l’opposition à l’Assemblée législative par la voix du député de Kamloops-South Thompson, Todd Stone.

Augmentation des taxes

Par ailleurs, un projet de loi prévoit une augmentation de la taxe sur les ventes de produits pour le vapotage. Elle passera de 7 % à 20 % à compter du 1er janvier.

Cette augmentation draconienne démontre l'urgence de la situation, affirme la ministre des Finances, Carol James, et vise les jeunes, puisque ceux-ci sont particulièrement sensibles aux prix dans leur choix de consommation.

Jusqu'à maintenant au Canada, bon nombre de cas probables de maladies respiratoires graves liées au vapotage ont été recensés au Québec, au Nouveau-Brunswick, en Colombie-Britannique et en Ontario. Aux États-Unis, 2000 vapoteurs américains ont été touchés, et 39 personnes ont perdu la vie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Santé publique