•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

70 M$ pour mieux intégrer les jeunes au marché du travail

Des élèves d'un cours de cuisine.

Près de 2500 jeunes pourront annuellement bénéficier de l'enveloppe de 70 M$, selon le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale.

Photo : iStock

Hadi Hassin

Québec annonce un investissement de 70 millions de dollars d’ici 2024 pour faciliter l’intégration des jeunes au marché du travail.

La somme sera directement remise aux carrefours jeunesse-emploi (CJE), qui offrent des services aux jeunes de 15 à 29 ans en vue d’un retour en formation ou sur le marché du travail.

Près de 2500 jeunes pourront annuellement en bénéficier, selon le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale.

Les jeunes dans le contexte de rareté de main-d’œuvre constituent une priorité pour nous. Il y a des besoins qui sont fondamentaux dans tous les secteurs d’activités, dans toutes les régions. On a besoin de main-d’œuvre et les jeunes ont non seulement le potentiel, mais aussi le talent.

Jean Boulet, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale
Le ministre Jean Boulet pose devant un drapeau du Québec.

La somme sera directement remise aux carrefours jeunesse-emploi.

Photo : Radio-Canada

Plus de 130 000 jeunes n'ont actuellement pas d'emploi ou ne sont pas aux études ni en formation au Québec.

En 2018, leur taux de chômage était de 7,4 %, soit 2,5 % plus élevé que celui des personnes âgées de 30 à 64 ans.

Il y a des métiers et des professions qui existent aujourd’hui et qui n’existeront plus dans 6 mois. D’autres qui vont apparaître dans 6 mois, un an, un an et demi. Ça va permettre à ces jeunes-là de bien comprendre les perspectives d’avenir et d’assurer leur développement dans ces domaines qui seront vraiment fondamentaux.

Jean Boulet

Le directeur général du Carrefour jeunesse-emploi de la Capitale-Nationale, Mario Côté, accueille très positivement l’investissement du gouvernement Legault. Il rappelle que les besoins sont importants dans un contexte de main-d’œuvre paradoxal.

Déficit démographique, taux de chômage bas, pénurie de main-d’œuvre, énumère-t-il. Il faut innover et faire les choses autrement. Ça vient compléter, bonifier et enrichir ce qu’on fait déjà.

Chaque carrefour dans son milieu a sa réalité, ses constats, ses contacts, son réseau de partenaires, souligne-t-il. Dans mon livre à moi, ça n’existe pas, des réponses copiées-collées partout au Québec.

Depuis sa création en 2016, les carrefours jeunesse-emploi (CJE) ont accompagné 9000 jeunes en leur offrant notamment des ateliers d’information et de réseautage.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Politique provinciale