•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transport adapté : la Société de transport du Saguenay fait volte-face

Un véhicule de transport adapté est garé dans un stationnement.

De petits véhicules de ce genre recommenceront bientôt à être bien visibles à Saguenay durant la fin de semaine.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La décision de mettre fin au service de transport adapté destiné aux personnes handicapées, qui participent à des activités sociales durant la fin de semaine, a été renversée. Ce changement de cap a eu lieu dans la foulée de la conclusion d'une entente entre la Société de transport du Saguenay et l'entreprise Intercar, sa fournisseuse.

En septembre dernier, un arrêt du service était intervenu en raison d'un manque de chauffeurs d'Intercar prêts à conduire les véhicules du transport adapté durant la fin de semaine.

Selon le directeur général de la STS, Jean-Luc Roberge, une solution financière a été trouvée par son organisation et par Intercar pour s'attaquer à ce problème.

Le service de transport adapté de fin de semaine pourra donc reprendre de manière normale à compter du 22 novembre.

Conjointement, les deux parties vont faire en sorte que le salaire des conducteurs le vendredi, le samedi et le dimanche s'améliore nettement, a expliqué M. Roberge.

Invité à se montrer plus précis, il a indiqué que les chauffeurs vont pouvoir gagner un peu au-delà de 20 $ de l'heure .

Pour financer cette bonification salariale pour les conducteurs, la Société de transport du Saguenay devra investir moins de 50 000 $ par année d'après Jean-Luc Roberge.

Ça va devenir avantageux pour eux d'accepter de travailler durant la fin de semaine, a ajouté le directeur général de la STS.

Du même souffle, M. Roberge a ouvertement reconnu que les choses ont traîné en longueur.

C'est désolant que ça ait pris autant de temps [pour trouver une solution], mais je suis content que ça arrive avant la période des Fêtes.

Jean-Luc Roberge, directeur général de la Société de transport du Saguenay

Un constat partagé

M. Roberge n'est pas le seul à trouver qu'il a fallu beaucoup de temps pour faire aboutir ce dossier.

Alors qu'elle était interviewée par Radio-Canada, la directrice générale de l'Association pour le développement de la personne handicapée intellectuelle du Saguenay, Sylvie Jean, a abondé dans le même sens que lui.

Cette dernière a soutenu en parlant du salaire des conducteurs de la flotte du transport adapté, que ça faisait des années que [s]on organisation mettait le doigt sur le bobo et qu'elle invitait le patron de de la STS à réagir.

Louisette Couture, dont le fils adulte vit avec une déficience intellectuelle a souligné, pour sa part, qu'elle commençai[t] à trouver le temps très long.

Puis, elle a lancé un cri du coeur.

Les personnes handicapées, c'est facile de les tasser parce qu'elles ne peuvent pas se défendre. [Or], elles ont le droit d'aller où elles veulent quand elles le veulent, a-t-elle martelé.

Mme Couture avait déposé une plainte auprès de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse pour dénoncer la décision originale de la Société de transport du Saguenay de mettre fin au service de transport adapté pour les personnes handicapées se joignant à des activités sociales durant la fin de semaine.

Sur la base des entrevues de Denis Lapierre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Transport en commun