•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La radio CKIA et des organismes délogés par des lofts dans Saint-Roch

Le 335, Saint-Joseph Est

L'immeuble de six étages sera converti pour laisser place à des condos de style loft.

Photo : Radio-Canada

David Rémillard

Des lofts délogeront bientôt la radio communautaire CKIA et des organismes à but non lucratif de leurs locaux de Saint-Roch. L'entreprise propriétaire du 335, rue Saint-Joseph Est change complètement la vocation de son immeuble.

Des travaux ont déjà été amorcés dans certains locaux du bâtiment, voisin du théâtre La Bordée et de la bibliothèque Gabrielle-Roy.

À l'exception du rez-de-chaussée, des condos de style loft seront construits sur tous les étages, selon des locataires contactés par Radio-Canada. Les habitations résidentielles remplaceront les espaces auparavant loués à différents organismes et entreprises.

L'immeuble appartient à une compagnie détenue par le président du Groupe Norplex, un promoteur immobilier, Éric-Yves Doyon. Selon nos informations, on songerait à louer les futurs lofts sur la plateforme Airbnb.

Radio-Canada a tenté d'obtenir des précisions auprès de M. Doyon en contactant le Groupe Norplex. Nous sommes une entreprise privée et nous ne discutons pas de nos transactions sur la place publique, a répondu une employée.

Des organismes pris de court

Chose certaine, les organisations qui logent actuellement dans l'immeuble devront se trouver un plan B à court ou moyen terme. Les baux commerciaux ne seront pas renouvelés à leur échéance, leur a-t-on fait savoir.

L'organisme et diffuseur d'art Folie/Culture, qui œuvre en santé mentale, doit déménager à la fin du mois. L'organisme a appris la nouvelle à la fin août.

Le bail de la radio communautaire CKIA est quant à lui valide jusqu'en 2021. Bien que la direction dispose de plus de temps, les conséquences sont réelles.

On a su qu'on partait quelques semaines après le début d'une année budgétaire où on avait un budget équilibré. Mettons que l'équilibre on va l'oublier peut-être pour cette année, a commenté Denis Blanchette, président du conseil d'administration de la station. On l'a su à la fin septembre lorsqu'on a appris que certains locataires voyaient leur bail non reconduit.

M. Blanchette est déjà à la recherche de nouveaux locaux.

Denis Blanchette, président du conseil d’administration de CKIA FM

Denis Blanchette assure que le propriétaire de l'immeuble collabore pour aider CKIA à changer d'adresse.

Photo : Radio-Canada

Ce dernier est également en discussions avec le propriétaire pour que la transition soit la plus harmonieuse possible. S'il dit avoir été pris de court, il assure que les relations sont bonnes.

On fait ce qu'il faut pour diminuer au maximum, à court terme, l'impact d'une telle décision.

Denis Blanchette, président du conseil d'administration, CKIA

Il refuse d'y voir un coup de masse pour la survie de la radio communautaire, un organisme sans but lucratif. Ce sont des choses qui arrivent. Je la trouve plate, mais j'ai décidé de faire avec.

M. Blanchette veut choisir ses batailles, poursuit-il. Ce qui me regarde, c'est l'avenir de CKIA, de trouver un nouvel endroit, de pouvoir continuer à émettre au service des gens de la Ville de Québec, tranche-t-il, avouant qu'il n'avait pas de contrôle sur les intentions du propriétaire.

Reste que les locaux capables d'accueillir une radio communautaire ne courent pas les rues dans Saint-Roch. Le souhait demeure de rester dans le secteur, sinon dans Saint-Sauveur.

Tous les locataires contactés par Radio-Canada ont soutenu qu'ils ne s'attendaient pas à un tel changement. Plusieurs avaient l'intention de louer à long terme.

Des locaux étaient par ailleurs déjà vacants dans l'immeuble, qui compte 11 espaces non résidentiels.

Craintes d'Airbnb

La conversion envisagée ne fait pas l'unanimité, notamment au Bureau d'animation et d'information logement du Québec métropolitain (BAIL).

Selon Jonathan Carmichael, organisateur communautaire au BAIL, le quartier Saint-Roch, comme d'autres quartiers centraux, vit depuis quelques années un embourgeoisement.

Il affirme que la population qui fréquentait traditionnellement les quartiers dits populaires ont de moins en moins de place, puisque les logements sont de moins en moins accessibles.

Ces quartiers-là deviennent "in". Et quand ces quartiers-là deviennent "in", les locataires [traditionnels] deviennent "out".

Jonathan Carmichael, organisateur communautaire, BAIL

M. Carmichael craint également le phénomène Airbnb qui se répand de plus en plus dans la capitale. Selon lui, Saint-Roch figure déjà parmi les quartiers où les offres sur la plateforme de réservation en ligne sont les plus nombreuses à Québec.

Il redoute, du fait que les résidences temporaires sont destinées aux touristes et non à des résidents permanents du quartier, un effritement du tissu social.

La crainte est partagée par la députée de Taschereau, Catherine Dorion. J'espère vraiment que ce n'est pas ça qui se passe parce que ce serait une perte pour le quartier, a-t-elle réagi.

Airbnb ou non, elle déplore elle aussi que certains organismes peinent à trouver des locaux abordables dans Saint-Roch, où les besoins sont bien connus. C'est dramatique, parce que c'est comme si on dilapidait notre patrimoine social.

Une précédente version de ce texte mentionnait que Groupe Norplex était propriétaire de l'immeuble situé au 335, Saint-Joseph Est. L'édifice appartient plutôt, depuis le 10 novembre 2019, à la compagnie à numéro 9406-3104 QUÉBEC INC, représentée par Éric-Yves Doyon, président et principal actionnaire de Groupe Norplex, et Robert Gillet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Immobilier