•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville veut rétablir « la vérité des faits » sur le midibus

Le midibus du RTC en hiver

C'est en janvier 2018 que la Ville de Québec a présenté sa plus récente acquisition, le midibus.

Photo : Radio-Canada / Olivier Lemieux

Olivier Lemieux

La performance des midibus va en s’améliorant, insiste la Ville de Québec. Lors d’une séance du comité plénier sur le choix de ses nouveaux autobus hybrides, l’administration Labeaume a martelé qu’elle avait pris la bonne décision.

On était rendu à une étape où un plénier va permettre de rétablir la vérité des faits, a admis le président du Réseau de transport de la Capitale (RTC), Rémy Normand.

M. Normand a précisé vouloir corriger le tir dans la foulée des reportages médiatiques sur les autobus hybrides de l'entreprise Van Hool.

Le mois dernier, Radio-Canada révélait que les midibus avaient nécessité 350 ajustements depuis leur mise en service graduelle, il y a 8 mois.

Jeudi après-midi, le RTC a fait valoir que les kilomètres parcourus entre les visites au garage sont en hausse depuis le début de l’année.

Les midibus parcouraient en moyenne 1721 kilomètres avant de devoir passer au garage en mars cette année, contre 5394 kilomètres en octobre

Une performance similaire à celle enregistrée par les autobus de la compagnie Nova Bus, respectivement mis en circulation en 2015 et 2016.

Il n’y a pas d’impact sur la clientèle, a défendu le directeur général du RTC, Alain Mercier, présent lors de la séance.

Apprentis sorciers

Le maire Régis Labeaume n’a pas caché son impatience lors du comité plénier, estimant que plusieurs personnes avaient pris la parole publiquement pour décrier les midibus, sans toutefois maîtriser le dossier.

C’est le royaume de l’apprenti sorcier. C’est de parler de choses qu’on ne connaît pas, a-t-il pesté.

Le maire Labeaume a d’ailleurs tenu à remercier Marc-André Varin, directeur général de l’Association du transport urbain du Québec, qui a répondu aux questions des élus lors de la séance jeudi.

Ce dernier a affirmé que l’intégration des midibus à la flotte du RTC se faisait normalement.

Intérieur des nouveaux midibus

L'intérieur des nouveaux midibus

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Une garantie limitée

L’opposition officielle à l’hôtel de ville n’a pas été impressionnée par les arguments de l’administration Labeaume.

Le conseiller de Québec 21, Stevens Melançon, a relevé que la garantie exigée par le RTC dans son appel d’offres initial pour les midibus avait été réduite.

Fixée à l’origine à 180 000 kilomètres ou à 24 mois d’utilisation, elle a finalement été revue à 120 000 kilomètres.

On est en train de nous monter un bateau de l’autre bord, a tonné le chef de l'opposition Jean-François Gosselin.

La réplique du maire Labeaume n’a pas tardé.

Selon lui, la diminution de la garantie a permis d’obtenir un meilleur prix à l’achat auprès du fabricant.

On appelle ça de l’intelligence d’affaires, de l’intelligence de négociations, a lancé le maire en s’adressant aux conseillers de l’opposition.

Régis Labeaume se dit convaincu que les ajustements des midibus seront complétés à l’intérieur de la garantie convenue avec le fabricant Van Hool.

Interrogé à ce sujet, le directeur général du RTC, Alain Mercier, n'a pas été en mesure de chiffrer l'économie réalisée par la Ville en lien avec la diminution de la garantie.

À ce jour, 46 véhicules hybrides ont été mis en service sur les 64 prévus. La totalité sera intégrée à la flotte du RTC d’ici janvier 2020.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Politique municipale