•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas d'amende pour les usagers du UP Express qui ne paient pas leur passage

Photo d'un train vert et gris; le mot «Up» est écrit à l'avant du train

Le train UP Express relie l'aéroport Pearson à la gare Union du centre-ville de Toronto.

Photo : CBC/Mike Cole

Radio-Canada

Les clients du train UP Express qui relie l'aéroport Pearson au centre-ville de Toronto n'ont pas à craindre actuellement de recevoir une amende s'ils se font épingler en train de prendre le train sans payer, concède l'agence provinciale Metrolinx.

Nous nous attendons à ce que tous les usagers paient leur passage, affirme la porte-parole de Metrolinx, Anne Marie Aikins.

Elle admet toutefois que l'agence est toujours en train « d'évaluer la façon dont nous pouvons rationaliser l'application des tarifs ».

Mme Aikins assure que le taux de fraude des usagers du UP Express ne dépasse pas 2 %, ce qui est la « norme dans l'industrie et un peu moins que pour les trains de banlieue GO [aussi gérés par Metrolinx] ».

Selon le Toronto Star, Metrolinx perd chaque année environ 400 000 $ à cause d'usagers qui prennent le UP Express sans payer.

Lors du lancement du service en 2016, le UP Express n'était pas assujetti à la Loi sur Metrolinx, qui encadre les réglementations de l'agence, entre autres en matière de tarifs. La loi n'a été modifiée que cette année, pour que Metrolinx puisse revoir sa politique concernant les clients qui ne paient pas leur passage à bord du UP Express.

Mme Aikins explique qu'initialement, les passagers avaient le choix de régler les droits avant le départ du train ou de payer davantage une fois à bord. La popularité du UP a toutefois rendu ce modèle de plus en plus difficile à utiliser, dit-elle.

À l'heure actuelle, si un usager refuse de payer pour son passage, les employés peuvent appeler la sécurité [de GO]. Ils ont le pouvoir de déposer des accusations en tant qu'agents de la paix, explique Mme Aikins.

Les contrevenants s'exposent à des accusations criminelles pour fraude ou intrusion.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Transport en commun