•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 200 producteurs à Cornwall pour promouvoir l'agriculture et l'entrepreneuriat dans l'est ontarien

Des producteurs rassemblés au centre NAV à Cornwall.

Plus de 200 producteurs assistent à la conférence sur les aliments locaux de l'est ontarien.

Photo : Radio-Canada / Antoine Trépanier

Radio-Canada

Plus de 200 producteurs participent jeudi à une conférence sur les aliments locaux de l'est ontarien, au Centre Nav, à Cornwall. Le but étant de faire fructifier l'agriculture de cette région ainsi que l'économie agroalimentaire.

Lors de cette rencontre, plusieurs producteurs et organismes de la région peuvent réseauter en vue de faire des affaires.

Parmi eux, Alix Tabet, coordonnatrice de l'organisation à but non lucratif (OBNL) Cultivons Biologique Canada, souhaite étendre la filière biologique et permettre ainsi aux agriculteurs de faire face aux changements climatiques, qui en sont les premières victimes.

Elle reconnaît que les convaincre de passer à la culture biologique est un parcours semé d'embûches.

Ce n'est pas facile d'avoir ces conversations-là, et je pense que c'est parce que les agriculteurs, ça fait peut-être 30, 35, 40 ans qu'ils font le même type de production. Le changement c'est difficile pour tout le monde, avance-t-elle.

L'agriculture biologique est plus résistante en termes de sécheresse, de précipitations plus intenses. Il y a moins de vulnérabilité au niveau de la production

Alix Tabet, coordonnatrice de l'OBNL Cultivons Biologique Canada

Les différents partenaires du milieu veulent aussi promouvoir l'entrepreneuriat, en particulier les petites entreprises, selon la mairesse de Cornwall, Bernadette Clement.

On sait comment appuyer des grosses manufactures, cela fait des décennies que l'on fait ça, explique Mme Clement.

Bernadette Clement est la mairesse de Cornwall.

Bernadette Clement, mairesse de Cornwall.

Photo : Radio-Canada

Cette ville du sud de l'Ontario abrite des centres de distribution Walmart, Shoppers Drug Mart‎, mais aussi de grandes entreprises agroalimentaires comme Olymel et Biscuits Leclerc.

En même temps, on veut apprendre davantage pour savoir comment appuyer les petites entreprises et les entrepreneurs. Cette conférence a pour but d'avoir des conversations avec ces gens-là, poursuit-elle.

La création d'entreprises locales d'artisanat par les nouveaux arrivants

Mme Clement souhaite aussi que cette conférence soit un incitatif pour la création de nouvelles entreprises par les nouveaux arrivants.

À ce titre, le conférencier principal Tareq Hadhad présente son expérience tant personnelle que professionnelle. Réfugié syrien établi en Nouvelle-Écosse, Tareq Hadhad a lancé en 2016 son entreprise familiale Peace by Chocolate. Sa famille et lui ont tout perdu pendant la guerre en Syrie.

Le père de la famille Hadhad, Assam, exploitait une chocolaterie à Damas pendant des décennies, mais elle a été détruite par des bombardements en 2012.

Tareq Hadhad, propriétaire et président de Peace by chocolate.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Tareq Hadhad, propriétaire et président de Peace by chocolate à la conférence de Cornwall.

Photo : Radio-Canada / Antoine Trépanier

Lors de sa conférence, il souhaite partager avec les participants son adaptation à la vie au Canada, passant d'une ville très dense et urbanisée comme Damas l'était avant la guerre à Antigonish, une petite ville d'environ 4 500 habitants.

Il y a quelques points sur lesquels je veux me focaliser [lors de la conférence] : la résilience, l'espoir et aller au-delà de ses limites, explique l'entrepreneur qui s'est engagé à embaucher 50 réfugiés syriens d'ici 2022, et à soutenir l'ouverture d'une dizaine d'entreprises gérées par des réfugiés dans les prochaines années.

L'idée de la conférence est aussi d'expliquer les étapes pour passer d'une petite entreprise, à une moyenne, puis à une très grande entreprise.

Peace by Chocolate vise une expansion aux États-Unis, mais aussi dans la région de Cornwall. Il aimerait s'y installer d'ici la fin 2020. Selon M. Hadhad, cette entreprise porte aussi et avant tout un message qui est celui d'assurer la paix dans le monde.

Si en un clignement d’œil, nous ne sommes plus en paix, plus personne ne peut ouvrir son commerce, aller à l'école, établir une vie, conclut-il. La vie, ce n'est pas seulement le profit, c'est aussi les objectifs. Si vous ne pensez qu'au profit, vous allez très vite atteindre vos limites.

Avec les informations d'Antoine Trépanier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Entrepreneuriat