•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un Canadien accusé d'avoir enlevé son fils en 1987 connaîtra sa peine aux États-Unis

Photo d'un homme noir avec une moustache et un afro.

Allan Mann Jr. avait obtenu de faux papiers après s'être enfui aux États-Unis avec son fils, selon la police.

Photo : Missing Children's Society of Canada

Radio-Canada

Un homme accusé d'avoir enlevé son fils à Toronto lors d'une visite parentale en 1987 pour ensuite vivre sous une fausse identité avec lui aux États-Unis durant trois décennies doit recevoir sa peine, jeudi, au Connecticut.

Allan Mann avait été arrêté en octobre 2018 grâce à une enquête de longue haleine des deux côtés de la frontière.

Son fils Jermaine, qui croyait que sa mère était morte peu après sa naissance, avait finalement pu la rencontrer, trente et un ans plus tard.

Photo du visage d'un bambin noir.

Jermaine Mann avait 21 mois lorsque son père l'a enlevé, selon la police.

Photo : Missing Children Society of Canada

Les procureurs américains réclament une peine de prison d'un maximum de deux ans contre M. Mann, qui vivait sous le nom de Hailee DeSouza dans un logement subventionné à Vernon, près de Hartford.

Le père a plaidé coupable en août dernier à une accusation d'avoir utilisé un faux document pour obtenir des prestations de logement et d'assurance maladie totalisant près de 200 000 $ aux États-Unis.

Pendant 31 ans, Allan Mann a vécu une double vie aux États-Unis, se faisant passer pour un citoyen américain et récoltant les avantages de cette citoyenneté, y compris des dizaines de milliers de dollars en aide médicale et au logement, affirment les procureurs Sarah Karwan et Harold Chen dans leurs recommandations en matière de peine à la juge Janet Hall.

Une femme noire portant une veste rose accompagnée d'une femme et d'un homme qui lui met la main sur l'épaule.

Lyneth Mann-Lewis dit qu'elle n'avait jamais perdu espoir de revoir son fils.

Photo : La Presse canadienne / Tijana Martin

L'avocat de M. Mann croit plutôt que son client devrait recevoir une peine équivalente au temps qu'il a déjà passé derrière les barreaux depuis son arrestation en 2018, pour qu'il puisse être transféré au Canada et répondre à l'accusation d'enlèvement contre lui à Toronto.

Me David Ring dit que l'accusation contre son client aux États-Unis est un « simple cas de fausse déclaration ayant mené à des pertes modestes pour le gouvernement américain ».

Selon les autorités américaines, M. Mann avait obtenu de faux actes de naissance pour son fils et lui, lui permettant d'obtenir un numéro d'assurance sociale et de réclamer des prestations gouvernementales.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Enlèvement