•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse importante de la fréquentation de certaines attractions au Nouveau-Brunswick

Des touristes écoutent un interprète en costume d'époque.

Le Village historique acadien, près de Caraquet, a connu une hausse de 8 % de sa fréquentation l'été dernier, selon le gouvernement du Nouveau-Brunswick (archives).

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick se réjouit d’une importante hausse de la fréquentation de certaines attractions touristiques l’été dernier, mais les effets de ses compressions budgétaires dans le domaine vont se faire sentir un jour, selon d’autres intervenants.

Le ministre du Tourisme Robert Gauvin a annoncé mercredi que les attractions touristiques ont connu, de juin à août, une augmentation de la fréquentation de 8 %. C’est notamment le cas du Village historique acadien, près de Caraquet.

La hausse est attribuable aux efforts promotionnels des entreprises touristiques sur les médias sociaux, selon le ministre Gauvin. Il dit que le secteur privé est la clé du succès, que les entreprises ont une approche plus moderne, qu’elles font des efforts de promotion conjoints et que cela encourage les touristes à rester plus longtemps.

Le ministre Gauvin souligne les hausses de fréquentation suivante :

  • Aquarium et Centre marin du Nouveau-Brunswick : 21 %;
  • Kings Landing : 18 %;
  • Musée du Nouveau-Brunswick : 18 %;
  • Jardin botanique du Nouveau-Brunswick : 17 %;
  • Parc international Roosevelt de Campobello: 11 %;
  • Village historique acadien : 8 %;
  • Parc provincial des rochers Hopewell : 6 %.

Cependant, Robert Gauvin n’a pas présenté une liste complète des résultats de toutes les attractions touristiques ni établi celles qui ont connu une faible augmentation ou même une baisse de la fréquentation.

La hausse de la fréquentation doit plutôt être attribuée à l’augmentation du budget de mise en marché du tourisme survenue lorsque le gouvernement de Brian Gallant était au pouvoir, selon le porte-parole du Parti libéral en matière de tourisme, le député Jacques LeBlanc.

Les compressions du gouvernement Higgs

Les libéraux de Brian Gallant ont annoncé une stratégie touristique en 2017. Ils ont fait des dépenses en immobilisations de 12,6 millions de dollars en ce domaine en 2018-2019. Il s’agissait d’une hausse de près de 20 %. Ils ont aussi investi 6 millions de dollars dans la promotion du tourisme.

Le gouvernement progressiste-conservateur de Blaine Higgs a toutefois renversé la vapeur. Le budget du tourisme, qui était de 20,2 millions de dollars l’an dernier, a diminué à 12,8 millions cette année.

Ces compressions budgétaires sont entrées en vigueur le 1er avril. Leurs effets se feront sentir dans les prochaines années, selon un ancien président de l’Association de l'industrie touristique du Nouveau-Brunswick, Dan Myers.

On ne fait jamais de publicité pour le jour même ni pour le lendemain ou la semaine suivante, explique M. Myers. La publicité en tourisme est faite pour donner des résultats l’année suivante ou même de deux à cinq années plus tard, dit-il.

Dan Myers ne croit pas que l’effet des compressions budgétaire s’est fait sentir cette année parce que les touristes ont vraisemblablement préparé leurs vacances avant qu’elles entrent en vigueur. Il faudra quelques années, selon lui, pour en ressentir les effets.

Les données définitives ne sont pas disponibles

Les progressistes-conservateurs disent viser le même but que les libéraux, soit des retombées économiques de 2 milliards de dollars en tourisme d’ici 2025, mais le ministre Gauvin estime qu’il faudra peut-être un an ou deux de plus.

Le tourisme a rapporté 1 milliard de dollars en 2016, puis 1,3 milliard en 2017. Le Conference Board du Canada prédissait des retombées de 1,5 milliard pour 2018.

Robert Gauvin en entrevue.

Le vice-premier ministre Robert Gauvin, ministre du Tourisme et ministre responsable de la Francophonie du Nouveau-Brunswick

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Les données définitives n’étaient pas disponibles mercredi en raison d’un changement de méthode à Statistique Canada, explique le Conference Board du Canada.

Le gouvernement de Blaine Higs a aussi aboli la publication du guide-vacances de la province et fermé les centres d'information aux visiteurs qui se trouvaient à Aulac et à Woodstock.

L'abandon du guide-vacances est sensé, estime Dan Myers, car les gens utilisent de plus en plus les services de réservation sur Internet.

Avec les renseignements de Jacques Poitras, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Tourisme