•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Léopold Beaulieu, le PDG qui conjugue l'économie, l'environnement et le social

L'entrevue de Léopold Beaulieu avec Gérald Fillion, à RDI économie

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le président-directeur général de Fondaction Léopold Beaulieu quittera ses fonctions après avoir passé les 23 dernières années à la tête de l’organisation. Sa plus grande fierté? La reconnaissance de l’engagement de Fondaction en matière de développement durable.

En entrevue à l’émission RDI économie mercredi, il a expliqué que, collectivement, on ne doit pas avoir une approche en silos, avec l’économie d’un côté, l’environnement de l’autre, et bien sûr le social.

Il importe, selon le fondateur de Fondaction, d’accorder une place aux entreprises d’économie sociale dans une économie plurielle.

La diversification économique trouve également une place importante aux yeux du PDG sortant.

Les sociétés qui s’en sortent le mieux, ce sont celles où il y a l’État, le capital-actions, mais aussi des entreprises d’économie sociale, coopératives, mutuelles et OBNL, a-t-il indiqué.

Le gestionnaire rappelle que l'économie sociale représente 30 % des investissements de Fondaction et que le reste, 70 %, est investi dans des sociétés à capital-action.

En entrevue, M. Beaulieu a affirmé être fier de partir à la retraite, car il laisse Fondaction en excellente situation avec une croissance très importante.

L'actif net du fonds de travailleurs a atteint 2,18 milliards de dollars au 31 mai 2019, en croissance de 10,7 % sur un an. Le fonds compte 170 000 actionnaires, dont 19 500 nouveaux actionnaires.

Il y a de l’argent investi dans 1200 entreprises, soit à travers des fonds spécialisés, soit directement. Fondaction a contribué à créer ou à maintenir 39 500 emplois, l’an dernier, a-t-il ajouté.

Questionné à propos de la pertinence de maintenir le crédit d'impôt accordé aux gens qui investissent dans Fondaction, Léopold Beaulieu estime que son organisation a toujours besoin de s'appuyer sur celui-ci. Il est vrai que Fondaction est le fonds le plus important en développement durable, mais il faut aller beaucoup plus loin, a-t-il expliqué.

Les syndicats ont toujours leur place, soutient M. Beaulieu

Concernant la place qu'occupent les syndicats dans la société, M. Beaulieu croit qu’il y a une pertinence qui continue d’être là.

L’enjeu de la répartition de la richesse créée entre le travail et le capital demeure toujours d’actualité. Avec le développement du numérique, de l’intelligence artificielle, il y a une propension pour une productivité plus accrue. Il y a des enjeux fondamentaux pour avoir une société, où on fait en sorte que les enjeux économiques et sociaux et l’impact sur l’environnement fassent partie d’une vision globale.

À propos de son successeur, M. Beaulieu estime qu’il faut trouver la personne appropriée, qu’elle soit une femme ou un homme, de l’interne ou de l’externe.

Le 14 septembre, Léopold Beaulieu avait annoncé son départ à la retraite lors de l'assemblée générale annuelle de Fondaction.

Un comité de sélection recommandera au conseil d’administration le remplaçant de M. Beaulieu, qui restera en poste jusqu’à l’arrivée de son successeur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie