•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Course à la chefferie du PLQ : Julie Boulet espère qu’Alexandre Cusson ira de l’avant

La ministre responsable du Tourisme et députée de Laviolette, Julie Boulet.

Julie Boulet, ancienne députée et ministre du Parti libérale du Québec

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Marie-Pier Bouchard

« Ce serait une excellente candidature », affirme Julie Boulet. L'ex-ministre et députée libérale se dit « très heureuse » de savoir qu’Alexandre Cusson songe à briguer la chefferie du Parti libéral du Québec (PLQ). Et elle n'est pas la seule.

Il connaît très bien les préoccupations, les enjeux, les défis dans nos régions, affirme Julie Boulet, visiblement emballée.

Comme plusieurs autres libéraux, elle se croise les doigts pour qu'il officialise sa candidature.

C’est quelqu’un qui est bien connu, qui est rassembleur, qui a toujours cherché le consensus. Pour moi c’est une excellente nouvelle.

Julie Boulet, ancienne ministre et députée libérale

Alors que l’ancienne ministre et actuelle députée libérale Dominique Anglade se dirigeait vers un couronnement, Julie Boulet se réjouit du fait qu’une course se dessine.

Un couronnement ne serait pas souhaitable pour le Parti libéral du Québec selon elle, surtout dans le contexte actuel.

Quand on subit une telle défaite, on ne peut pas juste dire qu’on avance, que l'on continue. Il y a une réflexion, une introspection qui doit se faire et on doit se poser des questions, être à l’écoute de la population, dit-elle.

Elle admet qu’une course à la direction peut être déchirante pour un parti politique, mais c’est l’occasion de se remettre en question, d’identifier des problèmes, de débattre et de discuter de solutions, dit-elle.

Bien qu’elle refuse pour l’instant de dire à qui elle donnerait son appui, Mme Boulet ne cache pas son enthousiasme face à la possible candidature d’Alexandre Cusson.

Si c’était le cas, je vais considérer de façon très favorable sa candidature, dit-elle.

L’homme de la situation

André Gabias, qui a été député pour le Parti libéral du Québec dans Trois-Rivières de 2003-2007, va un peu plus loin. 

Selon lui, lePLQ a besoin d’Alexandre Cusson, car il incarne, dit-il, un certain renouveau, un vent de fraîcheur, rappelant les arrivées de Robert Bourassa et de Jean Charest à la tête de ce parti.

Quand M. Bourassa est arrivé, il y avait une espérance, un renouveau, une nouvelle direction qui s’installait au Parti libéral du Québec. Quand M. Charest est arrivé, même effet, se souvient M. Gabias.

Un homme devant une fenêtre

André Gabias a été député pour le Parti libéral du Québec (PLQ) dans la circonscription de Trois-Rivières de 2003 à 2007.

Photo : Radio-Canada

Selon moi le PLQ a besoin d’un Robert Bourassa et je suis obligé de vous dire que ça ressemble beaucoup à ce qui s’est passé quand M. Bourassa est arrivé.

André Gabias, ancien député du PLQ dans Trois-Rivières

Pour M. Gabias, Alexandre Cusson est un homme rassembleur qui a une solide expérience en politique municipale et une fine connaissance des régions du Québec grâce à son passage à l’Union des municipalités du Québec (UMQ) comme président.

Joint au téléphone, Jean-Denis Girard, qui a lui aussi été député libéral de Trois-Rivières, dit suivre de près le dossier. Il espère lui aussi une course à la chefferie plutôt qu’un couronnement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Politique provinciale