•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le maire de Saint-Barnabé s'excuse pour ses propos sur les femmes

Michel Lemay assis dans son bureau

Le maire de Saint-Barnabé, en Mauricie, Michel Lemay fait l'objet de critiques.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La tension règne au sein du conseil municipal de Saint-Barnabé, en Mauricie. Les comportements et propos du maire Michel Lemay sont dénoncés par certains résidents et élus.

Plusieurs citoyens sont allés à la dernière rencontre du conseil municipal, le 4 novembre, pour questionner la façon dont le contrat de déneigement a été octroyé.

Une personne a enregistré la séance. L'enregistrement a été partagé à différents médias.

On y entend le maire lever le ton, s’impatienter et couper la parole aux citoyens à plusieurs reprises.

Pour écouter un extrait de la séance du 4 novembre et pour écouter l'entrevue du maire Michel Lemay à l'émission 360 PM, cliquez ici.

On l'entend aussi critiquer les conseillers et conseillères municipaux qui étaient d'accord avec le contrat de déneigement, mais qui sont revenus sur leur position.

Il y en a peut-être qui n’était pas dans leur assiette ... ou ils étaient dans leur période ce soir-là, a-t-il lancé lors de cette séance.

Une citoyenne présente à l'assemblée a qualifié ces propos de misogynes et a demandé des excuses au maire, ce qu'il a fait.

Je suis bien d’accord que ce n’était pas approprié et je m’en suis excusé, a déclaré Michel Lemay, en entrevue à l’émission 360 PM.

Malgré ces excuses, la grogne contre le maire ne s'est pas calmée dans la municipalité.

Je ne peux pas croire que ça a été mentionné par un maire, en pleine séance du conseil. Ça, ça en est un propos qui n'incite pas du tout au travail d'équipe, affirme le conseiller municipal Guillaume Laverdière.

L'homme en entrevue avec la journaliste, dehors, avec une casquette.

Le conseille municipal de Saint-Barnabé Guillaume Laverdière dénonce le comportement du maire Michel Lemay.

Photo : Radio-Canada

Un climat toxique, selon un conseiller

Le conseiller Guillaume Laverdière estime que le climat est toxique à l'hôtel de ville, que le maire fait des menaces à des citoyens et qu'il est responsable du conflit qui a poussé plusieurs pompiers, dont le chef pompier à démissionner.

Le maire Michel Lemay affirme que des démarches sont en cours en cours avec le ministère des Affaires municipales pour tenir une rencontre de médiation avec les conseillers en janvier prochain.

[Le problème], c'est son attitude. C'est désagréable d'avoir dans son équipe quelqu'un qui ne respecte pas [les gens], qui a des propos méprisants et, ou arrogants.

Guillaume Laverdière, conseiller municipal à Saint-Barnabé

Le maire a consulté un avocat. Il n’exclut pas la possibilité de poursuivre le conseiller Guillaume Laverdière en diffamation.

Nous avons tenté de joindre d’autres conseillers, sans obtenir de réponse.

Avec des informations de Claudie Simard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Politique municipale