•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commission Laurent : le Québec ne fait plus confiance à la DPJ

Marlene Gallagher témoigne à la commission Laurent.

La directrice de la protection de la jeunesse sur la Côte-Nord, Marlene Gallagher

Photo : Radio-Canada

Laurence Royer

Les Québécois ne font plus confiance à la DPJ, selon la directrice de la protection de la jeunesse de la Côte-Nord, Marlene Gallagher. C'est son témoignage qui a été entendu en clôture de la commission Laurent à Sept-Îles. Elle espère que le travail des commissaires permettra de redonner sa légitimité au travail de la DPJ.

Marlene Gallagher affirme le travail de la DPJ est constamment remis en question.

C’est rendu extrêmement difficile. Il y a un effritement dans le consensus social au Québec sur la protection des enfants.

Marlene Gallagher, directrice de la protection de la jeunesse sur la Côte-Nord

Elle demande à la population de faire confiance aux employés de la DPJ, comme on fait confiance au médecin qui nous prescrit des antibiotiques. Marlene Gallagher espère que la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse, qui soumettra son rapport au plus tard le 30 novembre 2020, permettra de redorer l’image de l’organisation et d'y redéfinir les rôles.

Si vos visites dans nos régions peuvent nous ramener un consensus social, pas l’unanimité, mais un consensus pour qu’on puisse faire un nouveau 40 ans dans une nouvelle version 3.0 de la protection de la jeunesse, bien je nous dirais collectivement bravo, a-t-elle dit aux commissaires à la fin de son témoignage.

Le commissaire Jean-Marc Potvin a répondu qu’il croit lui aussi qu’il faut renouveler le consensus social qui a mené à la création des DPJ il y a 40 ans.

Au mois de septembre, le directeur de la DPJ de l'Abitibi-Témiscamingue, Philippe Gagné, avait dit que la hausse de signalements dans sa région était la preuve que les gens font confiance au système de protection de la jeunesse lorsque la sécurité d’un enfant est menacée.

Dans son témoignage, Marlene Gallagher a aussi rappelé que la pénurie de main-d’œuvre, les problèmes sociaux et la grandeur du territoire constituent les principaux défis de la Côte-Nord en matière de protection de la jeunesse.

Elle a aussi souligné que le bien-être d'un enfant dépend de la bonne santé des adultes.

Il y a un impact quand un adulte rentre dans des services en dépendance. Il faut absolument s’occuper de l’adulte qui est un parent.

La commission Laurent poursuivra sa tournée à Montréal le 26 novembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Jeunesse