•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une étude pour améliorer le recyclage aux Îles-de-la-Madeleine

Des contenants de plastiques écrasés et contenus en ballots.

Des matières recyclables.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Catherine Poisson

La Municipalité des Îles-de-la-Madeleine veut étudier le contenu du bac de recyclage des Madelinots afin d'améliorer ses pratiques.

Le conseil municipal a autorisé mardi soir la signature d'une entente de principe avec Recyc-Québec et Éco Entreprises Québec afin de mener cette étude, à l'initiative de la municipalité.

Le maire des Îles-de-la-Madeleine, Jonathan Lapierre, explique que l'objectif est d'une part de réduire la quantité de matières exportées hors de l'archipel, et d'autre part de s'assurer que la valorisation des matières recyclables est optimale.

Est-ce qu'on peut améliorer le tri et la valorisation des résidus? demande-t-il. Est-ce qu'il y a du travail à faire à la maison, au centre de tri? Est-ce que nos pratiques sont les meilleures? C'est ce genre de questions qu'on va se poser.

On est constamment en recherche d'amélioration, surtout quand on parle de 18 % de 26 millions, on a quelque chose pour nous motiver.

Jonathan Lapierre, maire des Îles-de-la-Madeleine

Un plan de travail devrait être adopté d'ici les Fêtes, et l'étude devrait être complétée au cours de l'année 2020.

Jonathan Lapierre, maire des Îles-de-la-Madeleine pose devant sur les dunes du centre-ville de Cap-aux-Meules avec son manteau d'hiver.

Jonathan Lapierre, maire des Îles-de-la-Madeleine. (archives)

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Est-ce qu'il y aura des consultations publiques? Nous on ne s'y oppose pas, indique M. Lapierre, mais on va laisser nos organisations nous présenter un plan de travail au conseil municipal.

Le maire rappelle que la gestion des matières résiduelles sur l'archipel accapare 18 % du budget de 26 millions de dollars.

En plus du traitement local de la collecte, il faut exporter les déchets d'abord par bateau et ensuite par route jusqu'à Victoriaville, où est notre centre d'enfouissement et le centre de traitement des matières recyclables, explique M. Lapierre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Matières résiduelles