•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Edmonton revoit son appel d’offres pour le prolongement de la ligne Valley

Le train léger à Edmonton.

La ligne Valley est un projet de train léger sur rail qui reliera les parties sud-est et ouest d'Edmonton (archives).

Photo : Lydia Neufeld/CBC

Émilie Vast

À la suite du désistement de plusieurs candidats, la Ville d’Edmonton a décidé de scinder sa procédure d’appel d’offres en deux pour le prolongement de la ligne Valley du train léger sur rail. Il y aura un contrat pour l’infrastructure et un autre pour les trains.

Jusqu'à maintenant, la conception, la construction de l’infrastructure et l’achat des trains pour la portion ouest de la ligne Valley faisaient partie d’un seul et même appel d’offres.

Cette portion ouest, c’est la prochaine étape du projet de train léger sur rail (TLR) à Edmonton. La portion sud-est, qui reliera Mill Woods au centre-ville, est déjà en construction. La portion ouest, qui ira de Mille Woods à Lewis Farms, est prévue dans un second temps.

Pour cette portion donc, trois contractants avaient été retenus et étaient encore en lice. Mais deux d’entre eux ont décidé de retirer leur candidature.

Bruce Ferguson, directeur de l’agence chargée du prolongement du TLR de la Ville, explique que 24 contractants ont été consultés. Ces derniers se disaient inquiets de devoir assumer la responsabilité de fournir les trains. C’est difficile pour eux de prendre ce risque. C’est difficile pour eux de prendre en compte ce risque dans leur prix et de rester compétitifs, explique M. Ferguson.

Un risque partagé

Pour sécuriser le projet, la Ville a donc décidé de scinder son appel d’offres en deux. Le matériel roulant, c’est-à-dire l’achat des trains, d’un côté. De l’autre, la conception et la construction de l’infrastructure de transport.

Pour cette partie, la Ville lancera sa nouvelle procédure d’appel d’offres au début de l’année prochaine. Son objectif est d’avoir choisi le contractant d’ici la fin de 2020.

Le conseiller municipal Andrew Knack, qui a toujours défendu le projet, comprend que la Ville ait décidé d’ôter un poids des épaules du futur prestataire.

La Ville assumera désormais une partie des risques.

Andrew Knack, conseiller municipal d'Edmonton

Le projet de la ligne Valley repose sur un partenariat public-privé.

Mais ce n’est pas inhabituel si on pense à tous les projets majeurs que nous avons menés, souligne le conseiller municipal. La Ville a toujours assumé une part de risque dans le contrat.

M. Knack pense que ses collègues continueront de soutenir le projet, malgré une baisse du financement provincial pour les projets d'infrastructures et des pourparlers budgétaires difficiles à venir au conseil municipal d'Edmonton.

Le coût de la portion ouest de la ligne Valley est estimé à 2,7 milliards de dollars. Le gouvernement provincial s’est engagé à hauteur de 1,04 milliard.

Le comité exécutif d’Edmonton examinera la nouvelle procédure d’appel d’offres lundi.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Politique municipale