•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusion des organismes de santé : des têtes roulent

La ministre ontarienne de la Santé, Christine Elliott, en mêlée de presse

Les changements annoncés mercredi entreront en vigueur le 2 décembre 2019 et visent à simplifier la supervision régionale d’ici la mise en place d’une structure permanente.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Radio-Canada

Le regroupement des 14 réseaux locaux d’intégration des services de santé (RLISS) dans cinq régions géographiques temporaires élimine neuf postes de dirigeants. Les changements annoncés mardi par la ministre de la Santé Christine Elliott voient aussi la fusion d’organismes dans la super agence appelée Santé Ontario.

Les neuf PDG remerciés recevront des indemnités de départ totalisant trois millions de dollars.

Comme étape préliminaire, la ministre de la Santé Christine Elliott a annoncé que cinq des six agences majeures seront transférées vers Santé Ontario à partir du 2 décembre.

Les agences transférées à Santé Ontario d’ici le 2 décembre sont :

  • Action Cancer Ontario
  • Qualité des services de santé Ontario
  • Cybersanté Ontario
  • Services communs pour la santé Ontario
  • Agence de promotion et de recrutement de Professions Santé Ontario

Le Réseau Trillium pour le don de vie, qui gère les dons d’organes et de tissus humains, sera transféré à Santé Ontario plus tard.

La ministre Elliott a affirmé que les changements n’auront pas d’impact sur les patients et que les employés continueront de faire le même travail.

Seul changement pour les employés, dit-elle, ils devront dorénavant se rapporter à Santé Ontario, leur nouvel employeur.

Le gouvernement Ford affirme que toutes les agences régionales seront éventuellement abolies.

Entretemps, cinq directeurs régionaux transitoires ont été nommés pour superviser jusqu’à ce que la fusion soit complétée.

Ces personnes sont des PDG de cinq des 14 réseaux locaux d'intégration des services de santé qui disparaissent.

Il s’agit de :

  • Bruce Lauckner (Ouest)
  • Scott McLeod (Centre)
  • Tess Romain (Toronto)
  • Renato Discenza (Est)
  • Rhonda Crocker Ellacott (Nord)

La province compte réaliser des économies estimées à 350 millions de dollars.

Pas d’impact pour le patient

Le directeur général du Centre de santé communautaire du Grand Sudbury, Denis Constantineau indique que les changements sont purement administratifs.

Denis Constantineau est directeur général au centre de santé communautaire du Grand Sudbury.

M. Constantineau indique que la région du Grand Sudbury déposera sa demande auprès de la province le 19 décembre en vue de faire partie de la deuxième ronde des annonces des équipes santé en mars 2020.

Photo : Radio-Canada / Yvon Thériault

Pour ce qui est des services au client ou au patient directement, il ne devrait pas y avoir d’impact. À l’échelle de la province, 31 communautés ont soumis une demande pour créer des équipes santé. Certaines procèdent plus vite que d’autres. Sudbury est dans une prochaine ronde, explique M. Constantineau.

Le NPD reste sceptique

La chef du NPD, Andrea Horwath, n’est pas convaincue de l’approche du gouvernement Ford dans le dossier.

Selon elle, empiler des organismes qui ont un mandat et qui offrent des services différents dans un seul organisme ne fera pas grand-chose pour améliorer le système de santé.

La chef du NPD croit que le gouvernement Ford ne se soucie que de réduire les coûts, sans se soucier des conséquences.

Andrea Horwath s’interroge aussi sur le sort du Réseau Trillium pour le don de vie, affirmant que le gouvernement Ford n’a pas de détails sur le sort de cet organisme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Politique provinciale