•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'école de Griffintown viendra avec des logements communautaires

Un projet mixte a été retenu pour doter le quartier de son premier établissement scolaire.

Un terrain vacant recouvert de neige, entre des immeubles.

Le terrain qui servira au projet d'école et de logements est situé rue des Bassins, dans Griffintown.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Charest

Radio-Canada

Le projet retenu en vue construire une première école dans le secteur montréalais de Griffintown a de quoi surprendre.

La proposition retenue par la Commission scolaire de Montréal (CSDM) prévoit l'érection simultanée de logements communautaires et d'une école sur un terrain municipal situé sur la rue des Bassins.

Ce projet mixte constituera une première à Montréal. Il sera mené conjointement par la CSDM, la Ville de Montréal, l'arrondissement du Sud-Ouest et l'entreprise d'économie sociale Bâtir son quartier.

On est très content parce qu’on a trouvé un partenaire sérieux. [...] La nouveauté, c’est qu’on a vraiment un terrain et un lieu potentiels, se réjouit la présidente de la CSDM, Catherine Harel Bourdon.

Cette association permettra de construire une école primaire dans un coin de la ville qui a fait l'objet de vastes transformations au cours des 20 dernières années.

Elle pourrait en outre convaincre les familles de rester dans le quartier, elles qui avaient tendance à déménager une fois leurs enfants venus au monde.

Ce sont des logements abordables pour les familles du coin et une école qui vont être imbriqués l’un dans l’autre sur un terrain où il y a énormément d’accès piétonniers et qui est adjacent à un parc, détaille Catherine Harel Bourdon.

On souhaite créer des milieux mixtes, et ce projet permet d’atteindre cet objectif. On a du logement, une école et on songe même à un parcours scolaire. On travaille à deux centres de la petite enfance (CPE) juste à proximité d’où va se développer le projet.

Édith Cyr, directrice du groupe Bâtir son quartier

La communauté pourra en retour bénéficier du gymnase, de la bibliothèque et des installations de l'école.

Un milieu de vie, c’est un milieu où tu peux te loger, travailler, aller à l’école ou des centres de la petite enfance et des services de proximité, explique Édith Cyr de l'organisme Bâtir son quartier.

La CSDM, qui a déjà reçu deux millions de dollars de Québec pour dresser les plans et devis du projet, doit maintenant faire un appel d'offres pour déterminer à qui seront confiés les plans et la réalisation du projet qui accueillera de 14 à 16 classes, soit environ 300 élèves.

En 2016, Griffintown comptait 218 enfants de 4 ans et moins pour 5500 logements. Ce nombre devrait toutefois exploser dans les prochaines années, prévoit la CSDM.

Le projet a été confié à Bâtir son quartier après le lancement d'un appel d'intérêt par la commission scolaire. Il a été rendu possible par l'octroi d'un financement par le ministère de l'Éducation, annoncé en juin dernier.

Le terrain appartient quant à lui à la Ville de Montréal et était au départ destiné à la construction de logements communautaires.

La nouvelle fait bien entendu le bonheur des résidents du quartier, notamment de Khadidja Daoui, dont la fille fréquentera fort probablement cette nouvelle école primaire. Ça compléterait l’offre de services dans Griffintown; c’est ce qui nous manque.

Je suis extrêmement heureuse qu’il y ait une école enfin dans Griffintown. Ma fille n’a que deux ans, mais je la vois déjà dans les années à venir faire sa première rentrée dans cette école-là.

Khadidja Daoui, résidente du quartier

La nouvelle école, qui n'a pas encore de nom, deviendra le 192e établissement de la CSDM, qui compte à l'heure actuelle 114 000 élèves sous sa responsabilité. Elle prendra forme non loin du parc du Bassin-à-Gravier et du canal de Lachine.

En mode rattrapage dans Griffintown

À la Ville de Montréal, la mairesse Valérie Plante se félicite aussi de voir ce projet se concrétiser dans un secteur où le boom immobilier a créé de nombreux besoins auxquels les promoteurs de l'époque n'avaient tout simplement pas pensé, à savoir des écoles, des garderies, des infrastructures de transport en commun, etc.

Ce qui fait qu'aujourd'hui on est « en mode rattrapage » dans Griffintown, souligne Valérie Plante.

Je pense qu’on doit vraiment revoir l’ensemble de nos exigences envers les promoteurs immobiliers, a expliqué Valérie Plante.

À Montréal, on est en train de le faire avec notre règlement d’inclusion où est-ce qu’on dit : "Maintenant, les projets immobiliers doivent avoir 20 % d’abordables, 20 % de social, 20 % pour les familles". C’est du jamais-vu, ça, au Québec, mais on est rendu là.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

Avec la collaboration de Jean-Philippe Robillard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Éducation