•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un 10e député appuie Dominique Anglade dans la course à la direction du PLQ

Greg Kelley aux côtés de Dominique Anglade.

Le député libéral de Jacques-Cartier, Greg Kelley, explique les raisons pour lesquelles il appuie Dominique Anglade.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Greg Kelley est devenu mercredi le dixième membre du caucus libéral du Québec à appuyer officiellement Dominique Anglade dans la course à la direction du parti.

Le député de Jacques-Cartier en a fait l'annonce mercredi, quelques heures à peine après que le maire de Drummondville, Alexandre Cusson, eut confirmé qu'il songeait à se lancer dans la course.

L'appui de M. Kelley a donné lieu à une petite mise en scène de la part de Dominique Anglade, qui avait convoqué la presse mercredi matin dans le foyer de l'Assemblée nationale.

L'ex-vice-première ministre du Québec est finalement arrivée en compagnie de M. Kelley et de députés qui lui ont déjà offert leur appui, dont les ex-ministres Marie Montpetit et Kathleen Weil.

M. Kelley a expliqué qu'il appuyait Mme Anglade parce qu'elle est une femme de coeur et de valeurs, qui fait preuve d'un grand leadership et qui est apte à représenter tous les Québécois.

Invitée à commenter la possible arrivée de M. Cusson dans la course, Dominique Anglade s'est montrée peu loquace. Elle lui a souhaité la bienvenue au Parti libéral et a dit attendre qu'il déclare sa candidature.

Elle a précisé l'avoir rencontré à plusieurs reprises au fil du temps, le trouver sympathique, mais sans plus. Il veut débattre d'idées, et c'est la même chose de mon côté, a-t-elle commenté.

Le chef intérimaire du Parti québécois, Pascal Bérubé, s'est étonné qu'une annonce de nature partisane soit faite dans le foyer de l'Assemblée nationale.

Lors de notre course, il était spécifié qu’il fallait faire les annonces de nouveaux appuis dans la salle Jacques L’Archevêque de l'Assemblée nationale, a-t-il souligné.

C’est comme ça qu’on s’est comporté, alors, le décorum, c’est pour tout le monde, a-t-il ajouté. Je pense que la consigne méritait d’être rappelée. J’imagine que ça n’arrivera plus.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique