•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Glencore annonce la fermeture permanente de la fonderie de Belledune

Jerry Pitre, 52 ans, de Campbellton, et Joey Bernard, 24 ans, d’Eel River Dundee, ont tous les deux perdu leur emploi à la Fonderie Brunswick.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Radio-Canada

Glencore Canada a annoncé par communiqué mercredi matin la fermeture de sa fonderie située à Belledune, dans le nord du Nouveau-Brunswick. La fermeture, d'ici la fin de l'année, entraînera la perte de 420 emplois.

Cette annonce survient alors que plus de 280 employés de la fonderie sont en arrêt de travail depuis six mois et demi. Des dizaines de grévistes s'étaient d'ailleurs rendus dans la région de Montréal, mercredi, pour faire du piquetage à d'autres installations de Glencore.

L'entreprise explique avoir pris sa décision parce que la fonderie de Belledune n'était plus rentable depuis la fermeture de la mine Brunswick, à Bathurst, en 2013. Elle a perdu en moyenne 30 millions de dollars par année au cours des 3 dernières années, selon un porte-parole, Alexis Segal.

Nous avons évalué minutieusement toutes nos options, et nous en sommes venus à l'inévitable conclusion que la fonderie n'est tout simplement pas viable, indépendamment du récent conflit de travail, explique Chris Eskdale, responsable du secteur zinc et plomb de Glencore.

Fermeture permanente de la fonderie de Belledune

L'entreprise s'engage à aider les travailleurs qui perdront leur emploi en versant des indemnités de départ, par exemple, ou en les aidant à se reclasser. Certains travailleurs, précise-t-elle, pourraient se voir offrir des postes dans ses autres installations au Canada et à l'étranger.

Un « choc »

C'est un gros choc, a réagi le représentant syndical Sylvain Guitard en apprenant la nouvelle. Il ne s'y attendait pas, compte tenu du fait que l'entreprise continuait d'assurer la production depuis le début de la grève, grâce à d'autres travailleurs.

Un ingénieur qui compte 25 ans d'ancienneté à la fonderie, Marc Robichaud, affirme qu'il sera difficile pour les travailleurs licenciés de trouver un emploi comparable dans la région. La fonderie était l'une des dernières industries d'envergure dans le nord de la province.

Un autre employé, Jerry Pitre, 52 ans, résident de Campbellton, ne se laisse pas abattre par la décision de l’entreprise.

Certainement que ça va affecter beaucoup de familles, les plus vieux comme les plus jeunes, mais la vie continue, affirme Jerry Pitre. Ça fait six mois et demi qu’on est sortis de l’ouvrage. On est sortis le 24 avril. Six mois et demi après, on est encore là. On va-tu continuer à se battre? On va-tu continuer à voir ce qui va se passer, si une autre compagnie va l’acheter? [...] À un moment donné, tu te dis : "On va regarder ce qui va se passer dans le futur, puis partir de là". Pas le choix.

Jerry Pitre en entrevue à l'extérieur.

Jerry Pitre, l'un des travailleurs de la fonderie, affirme que l'entreprise menaçait de fermer depuis des années.

Photo : Radio-Canada / Serge Bouchard

Un conflit qui s'éternisait

Plus de 280 travailleurs de la fonderie ont débrayé le 24 avril dernier. Parmi les points en litige, il y avait le droit à une retraite anticipée après 32 ans de service. Les travailleurs exigeaient également des postes rémunérés pour le président de leur syndicat et le responsable de la sécurité à l'usine.

Travailleurs en grève de la Fonderie Brunswick le 26 avril 2019 à Belledune, au Nouveau-Brunswick.

Travailleurs en grève de la Fonderie Brunswick le 26 avril 2019 à Belledune, au Nouveau-Brunswick

Photo : Radio-Canada

La direction disait ne pas pouvoir répondre à ces demandes, parce que le fléchissement des prix du plomb avait fait fondre les profits à l'usine de Belledune.

Au début du mois d'août, elle avait annoncé l'annulation d'un important projet de modernisation de l'usine parce que le conflit persistait.

L'ancienne mine Brunswick fournissait environ la moitié du plomb transformé à la fonderie de Belledune. Après la fermeture définitive de la mine, en 2013, l'ancien propriétaire de la fonderie, Xstrata, s'était tourné vers des marchés à l'étranger pour son minerai, ce qui avait fait augmenter ses coûts. Xstrata a fusionné avec Glencore en 2013.

La fonderie de Belledune existe depuis 1966. Selon la direction de Glencore, le processus qui mènera à sa fermeture commencera immédiatement et l'usine aura cessé ses activités à la fin de l'année. L'entreprise pourrait conserver un petit nombre d'employés, au cours des prochains mois, pour la surveillance des lieux et le traitement de l'eau, jusqu'à la fermeture définitive.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Emploi