•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le dernier arrêt pour les objets perdus ou volés à Ottawa

Un employé du Service de police d'Ottawa montre un banjo.

On trouve de tout dans l'entrepôt du Service de police d'Ottawa, y compris un banjo.

Photo : Radio-Canada / Christine Maki

Radio-Canada

Vous avez perdu un tableau? Un banjo? Un vélo? Vous pourriez le retrouver aux objets perdus, volés ou trouvés du Service de police d'Ottawa (SPO).

Nous avons de tout, des grands coffres à outils aux petits CD. Tout ce que vous pouvez imaginer se trouve ici, dans l'entrepôt général, et il y a encore plus de choses dans ce bâtiment. Nous avons même des voitures, a expliqué le gérant des Services de contrôle de pièces à conviction du SPO, Bill Keeler.

L'entrepôt, situé rue Swansea, contient environ 100 000 objets qui ont été trouvés sur des scènes de crime ou dans la rue.

Si un objet est considéré comme une preuve, il est gardé séparément et n'est pas redonné à son propriétaire.

Bill Keeler, gérant des Services de contrôle de pièces à conviction du SPO, montre un pneu de voiture.

Ce pneu de voiture pourrait être le vôtre? Bill Keeler, gérant des Services de contrôle de pièces à conviction du SPO, dans l'entrepôt des objets volés ou perdus.

Photo : Radio-Canada / Christine Maki

Pour la plupart des autres objets, la police contactera à deux reprises le propriétaire potentiel. Ce dernier doit décrire l'objet et donner des informations pour l'identifier s'il veut le récupérer.

L'entrepôt contient également des objets laissés dans les autobus d'OC Transpo et les bagages non réclamés de l'aéroport international d'Ottawa. La plupart des articles sont conservés pendant 90 jours - ou 30 jours pour les vélos.

Ces derniers font partie des objets les plus couramment récupérés. Ils ont même leur propre salle dans l'entrepôt.

Nous recevons une quantité insensée de vélos, a constaté Jon Rowan, qui contrôle les preuves dans l'entrepôt.

Malgré le nombre élevé de vélos retrouvés, la police affirme qu'environ 4 % seulement sont redonnés à leurs propriétaires, car la plupart des victimes de vols de vélo ne se donnent jamais la peine de porter plainte. La police espère qu'un nouveau programme appelé Garage 529, enregistrant les numéros de série des bicyclettes auprès de la police et avertissant les propriétaires si une correspondance est trouvée, contribuera à améliorer ces statistiques.

C'est un excellent système, avec lequel nous avons eu beaucoup de succès et que le public a commencé à adopter, a estimé M. Rowan.

Des vélos dans un entrepôt.

Beaucoup de vélos ont été volés ou perdus et attendent de retrouver leurs propriétaires.

Photo : Radio-Canada / Christine Maki

Une erreur très coûteuse

Au fil des ans, la police a amassé un certain nombre d'articles inhabituels. Le jour où CBC a visité l'entrepôt, on y trouvait un banjo, plusieurs guitares, des ordinateurs, un grand sac de volley-ball, divers outils électriques, des pneus avec jante et des outils de jardinage.

L'entrepôt dispose également d'une zone spéciale où les armes sont conservées.

L'un des objets les plus insolites était une pierre tombale du XIXe siècle, dont le nom n'est que partiellement déchiffrable. Malgré des appels à des cimetières locaux, la police n'a jamais été en mesure de trouver l'endroit où elle devrait se retrouver.

Ils ont déjà trouvé une couette accidentellement donnée à une œuvre de bienfaisance qui contenait 10 000 $. Les reçus qui étaient avec l’argent ont permis d'identifier le propriétaire.

[Le propriétaire] était en train de faire un peu de ménage et a fait don de la couette. Il ne s’est pas rendu compte qu’il avait laissé l’argent dedans. Heureusement, les membres de l’organisme de bienfaisance ont remis le tout à la police. Nous avons retrouvé le propriétaire et ça a redonné le sourire à tout le monde, a raconté Bill Keeler.

Un agent de police qui montre un tableau.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Bon nombre d'articles inusités sont rassemblés dans l'entrepôt de la police.

Photo : Radio-Canada / Christine Maki

Même si les objets n'ont pas spécialement de valeur financière, la police les conservera pendant 90 jours.

Cela peut-être quelque chose qui avait appartenu à une grand-mère ou une arrière-grand-mère, et les propriétaires l'ont perdu dans un déménagement ou quelque chose de ce genre et ils veulent le récupérer, a expliqué M. Keeler.

Les articles qui n'ont pas été réclamés se retrouvent aux enchères sur le site d'enchères du gouvernement du Canada, GCSurplus, et à la société de vente aux enchères Rideau Auctions.

Des retours heureux

Que les propriétaires retrouvent les objets qu'ils ont perdus est clairement une bonne expérience, a assuré M. Rowan, surtout quand ces derniers ne croyaient plus jamais les voir.

On est témoin de toute une gamme d'émotions allant de la joie aux larmes. On reçoit beaucoup de câlins, a conclu M. Rowan.

Avec les informations de Christine Maki, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Société