•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La popularité d'Airbnb rend la recherche d’appartements difficile à Halifax

Deux maisons anciennes côte à côte à Halifax.

Il y avait 2420 logements offerts en location à court terme à Halifax, à la fin d'août.

Photo : CBC

Radio-Canada

Il est devenu très difficile de trouver un appartement à louer à bon prix dans le centre d’Halifax, à cause de la popularité grandissante des locations à court terme sur des sites comme Airbnb, conclut une étude de l’Université McGill.

Selon son auteur, David Wachsmuth, plus de 2 % des logements de certains quartiers du centre de la capitale néo-écossaise sont offerts en location sur Airbnb.

Au 31 août 2019, il y avait 2420 logements proposés en location à court terme dans la Municipalité régionale d’Halifax. M. Wachsmuth estime qu’environ le tiers de ces logements sont affichés sur les sites de location à court terme en permanence, c’est-à-dire qu’ils ne sont jamais habités par le propriétaire.

Ces 700 ou 800 logements [non disponibles pour la location à long terme] limitent grandement la capacité des gens à trouver un appartement à prix décent à Halifax, en ce moment, conclut-il.

Un aperçu de l'application Airbnb.

De 700 à 800 des logements d'Halifax offerts sur la plateforme Airbnb le sont en permanence, selon l'étude de McGill, c'est-à-dire que leurs propriétaires ne les habitent jamais.

Photo : Getty Images / John MacDougall

Le nombre d’appartements loués pour une ou quelques nuits à la fois est important, pour une ville de la taille d’Halifax, dit-il.

Le taux d’inoccupation des logements à Halifax est de 1,6 % seulement, alors que le taux idéal serait de 3 %, selon un rapport récent de Recherche économique RBC. Un taux supérieur à ce chiffre a de bonnes chances de stabiliser ou de faire baisser le prix des loyers, concluait ce rapport.

Halifax aurait un taux d’inoccupation de 2,8 % si les appartements loués à court terme devenaient disponibles pour la location à long terme.

Une réglementation s'annonce

Les gouvernements fédéral et provincial ont l’intention de réglementer le marché de la location à court terme, peut-être dès l’an prochain.

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse et la Municipalité régionale d’Halifax sondent d'ailleurs la population en ligne ces jours-ci sur les locations à court terme.

Selon David Wachsmuth, la province devrait songer à limiter la location de logements à court terme aux seules résidences principales.

Autrement dit, c’est le partage de maisons. Si vous avez une chambre qui ne sert pas ou si vous partez en week-end, vous devriez pouvoir faire ce que vous voulez de votre demeure, y compris la louer à des visiteurs.

Mais nous devrions être plus regardants à l’égard des exploitants commerciaux qui convertissent des maisons ou des appartements entiers en hôtels, puisqu’il y a un prix à payer pour les résidents locaux.

David Wachsmuth, auteur de l'étude
Une rue animée du quartier nord d'Halifax.

L'afflux de touristes trouble la tranquillité de certains quartiers, se plaignent des résidents d'Halifax.

Photo : Radio-Canada

Ce modèle est devenu courant à Halifax comme dans d’autres villes, constate Bill Stewart, porte-parole d’un groupe de résidents du quartier nord de la ville préoccupé par la montée en popularité des locations sur Airbnb. D’ailleurs, l’étude de l’Université McGill indique que 40 % des logements offerts en location à court terme à Halifax appartiennent à des exploitants commerciaux.

Nous estimons que ces entreprises commerciales n’ont pas leur place dans des quartiers résidentiels, conclut M. Stewart.

Avec les renseignements d'Anjuli Patil

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Immobilier