•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déclin des espèces marines : un groupe recommande des mesures urgentes

Des crabe des neiges.

Le crabe des neiges du plateau néo-écossais connaît un déclin prononcé, selon Oceana Canada (image d'archives).

Photo : Getty Images / Chefmd

Radio-Canada

Les stocks de poissons du Canada poursuivent leur déclin, selon l’étude annuelle réalisée par l’organisme environnementaliste Oceana Canada.

Les auteurs de l’étude se basent sur des données du ministère des Pêches et des Océans du Canada.

Dans leur rapport publié mercredi, ils concluent que 17 % des stocks de poissons du Canada sont décimés, alors que c’était le cas de 13,4 % des stocks en 2018.

Les auteurs estiment que 29 % des stocks sont en bon état cette année, alors que c’était le cas de 34 % des stocks l’an dernier.

Ils n’ont pu évaluer l’état de 38 % des stocks à cause d’un manque de données à leur sujet, ajoutent-ils.

Vingt-quatre stocks décimés se trouvent en Atlantique, dont la morue de l’Atlantique et la crevette nordique, selon le rapport, tandis que neuf autres se trouvent au large de la Colombie-Britannique.

Le déclin des stocks de crustacés, notamment, est préoccupant, selon le rapport. Un déclin continu en ce domaine entraînerait des conséquences économiques majeures pour bien des collectivités côtières, soulignent les environnementalistes.

Certains stocks dont l’état était jugé sain ont maintenant la désignation de « prudence », dont ceux de la crevette nordique, de la crevette rose et de la crevette à flancs rayés en Colombie-Britannique. Trois autres stocks de crevettes du Pacifique et le crabe des neiges du plateau néo-écossais sont classés cette année comme étant décimés.

Sept stocks de crustacés sont maintenant jugés comme étant décimés, alors qu’un seul avait ce statut en 2017.

Quant à la gestion des pêches, Oceana Canada presse le gouvernement fédéral d’établir un calendrier et des cibles précises pour le rétablissement des stocks décimés. Autrement, selon lui, la situation va continuer de se détériorer.

Les stocks de grande valeur vont continuer de s’appauvrir en l’absence d’engagement ferme envers leur rétablissement, selon Oceana Canada.

L’étude révèle une tendance inquiétante au sujet des stocks de poisson et de la réponse du gouvernement fédéral, selon le directeur scientifique d’Oceana Canada, Robert Rangeley.

Selon lui, le fédéral n’arrive pas à prendre des mesures au même rythme qu’augmente le nombre de stocks décimés. M. Rangeley dit que des gens très compétents sont chargés de la gestion des ressources marines, mais que les progrès sont trop lents. L’urgence d’agir ne fait qu’augmenter.

Le rapport fait aussi état de certains progrès, dont une plus grande transparence en matière de surveillance des pêches et une croissance du nombre de publications scientifiques sur l’état des stocks.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Industrie des pêches