•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de réseau cellulaire à court terme à Notre-Dame-de-Montauban

Chutes avec une ambulance et un camion de pompier sur le pont.

L'absence d'un réseau cellulaire et l'instabilité de la connexion Internet ont compliqué les recherches pour retrouver Patrick Bouchard dans la rivière Batiscan.

Photo : Radio-Canada

Marie-Pier Bouchard

Ce ne serait qu’une question de temps avant que Notre-Dame-de-Montauban ait accès à Internet haute vitesse, mais pas forcément au réseau cellulaire. C’est ce que mentionne la députée de Champlain, Sonia LeBel, au lendemain du cri du coeur lancé par la mère de l’homme qui s’est noyé cet été dans la rivière Batiscan. 

Sonia LeBel rappelle que le gouvernement du Québec a récemment débloqué un montant de 100 millions de dollars pour le déploiement d’Internet haute vitesse en région.

Elle affirme que la MRC de Mékinac, dont fait partie le petit village de Notre-Dame-de-Montauban, pourra en bénéficier.

Cependant, Sonia LeBel insiste : Je veux que ce soit clair parce que je ne veux pas qu'il y ait des confusions, c’est Internet haute vitesse qui est priorisé.

Sonia LeBel entrevue dans la station de Radio-Canada à Trois-Rivières.

La députée de Champlain, Sonia LeBel, indique qu'Internet haute vitesse pourrait bientôt être disponible dans la MRC de Mékinac.

Photo : Radio-Canada

Je peux comprendre que la première option qui est une évidence c’est le cellulaire, mais je tiens à rassurer [le public] : maintenant, avec haute vitesse, nos cellulaires fonctionnent dans nos maisons, ajoute-t-elle.

Convaincre une entreprise d’installer un réseau cellulaire

Au bureau du député fédéral François-Philippe Champagne, on répond qu’Internet haute vitesse, ce n’est pas suffisant.

La couverture cellulaire pour Notre-Dame-de-Montauban et les autres villages qui n’en ont pas encore en Mauricie, c’est une priorité, assure l’équipe du député de Saint-Maurice-Champlain, qui continue de travailler sur le dossier.

Négocier et convaincre les compagnies de télécommunication de développer des infrastructures dans les petits villages, c’est le principal défi, dit-on.

Pour concrétiser un tel projet, la collaboration du gouvernement provincial est nécessaire, précise l’attaché de presse de François-Philippe Champagne. Il affirme que des discussions sont toujours en cours avec le bureau de Sonia LeBel.

Le réseau cellulaire, un enjeu de sécurité

La noyade de Patrick Bouchard, en juillet dernier, a mis au jour les problèmes que cause l'absence d'un réseau cellulaire. Son ami n'a pas pu appeler le 911 aussitôt qu'il l'a vu tomber, même s'il avait un cellulaire sur lui. Et une fois les secours sur place, l'absence de réseau a compliqué les opérations sur le terrain.

Pour les services d’urgence, la couverture cellulaire en Mauricie est réellement un enjeu de sécurité publique.

La Régie intermunicipale des incendies de la Vallée du Saint-Maurice dit être confrontée à différents problèmes liés au réseau cellulaire et ce, tous les jours.

Il y a beaucoup de gens qui sont dans le bois, autant l’été que l’hiver : des villégiateurs qui vont y passer la fin de semaine et je vous dirais même qu’on a plusieurs personnes sur notre territoire qui demeure carrément dans le bois, explique-t-il, alors il faut être capable de rejoindre les secours.

Un bateau et une remorque où l'on peut lire : Sauvetage d'urgence en milieu isolé.

La Régie intermunicipale des incendies de la Vallée du Saint-Maurice a l'équipement nécessaire pour intervenir dans le cas de nombreuses situations d'urgence.

Photo : Radio-Canada

La Régie est équipée pour intervenir dans la plupart des situations d’urgence, mais encore faut-il qu’elle soit au courant lorsque son aide est nécessaire.

On est en 2019 et ne pas être capable de rejoindre une centrale 911, parce qu’il n’y a pas de réseau cellulaire, c’est quand même particulier; on n’est pas à l’autre bout du monde.

Alain Beauséjour, directeur de la Régie intermunicipale des incendies de la Vallée du Saint-Maurice
L'homme debout devant un camion rouge, en uniforme.

Le directeur de la Régie intermunicipale des incendies de la Vallée du Saint-Maurice, Alain Beauséjour, souhaiterait que le territoire qu'il couvre soit desservi par un réseau cellulaire.

Photo : Radio-Canada

Selon le directeur de la Régie, Alain Beauséjour, l'absence de réseau cellulaire à certains endroits en Mauricie retarde l'appel au 911, étire les délais d'intervention et complique la coordination des opérations sur le terrain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Politique provinciale