•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Interdit de fumer ou de vapoter dans les abribus, rappelle la STO

Un abribus de la STO avec une affiche qui explique qu'il est interdit de fumer.

Il est interdit de fumer dans un abribus, rappelle la Société de transport de l'Outaouais.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après plusieurs plaintes de clients face au non-respect de l'interdiction de fumer dans ses abribus, la Société de transport de l'Outaouais (STO) modernisera son affichage afin de mieux informer les usagers.

Xávier Zhèng est un étudiant qui emprunte fréquemment le réseau de la STO. Il a demandé à un autre client de ne pas fumer dans l’abribus, sans succès.

J'ai dit à la personne de ne pas fumer, mais elle a refusé car il n'y a pas [d'affichage], raconte-t-il. Il a donc décidé de porter plainte auprès du transporteur public.

Radio-Canada a constaté que ce ne sont pas tous les abribus de la STO qui sont munis d'un pictogramme qui rappelle l'interdiction de fumer.

La STO veut maintenant renforcer et moderniser l'affichage dans ses installations, afin de tenir compte des nouvelles lois sur le cannabis et le vapotage.

La porte-parole de la STO devant un abribusAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La STO modernisera son affichage dans ses abribus.

Photo : Radio-Canada

On va mettre à jour nos pictogrammes, mettre à jour notre affichage, en mettre plus un peu partout sur le réseau, explique Karine Sauvé, porte-parole de la STO. On va le faire dans les abribus, mais aussi les stations fermées et dans les autobus.

La loi provinciale au Québec interdit de fumer ou de vapoter dans tous les abribus et les véhicules de transport collectif.

La STO lancera également une campagne de sensibilisation auprès de ses usagers pour leur rappeler l'importance de la courtoisie.

[La campagne] va demander aux gens d'adopter de bons comportements, entre autres, de leur demander si c'est possible ne pas fumer aux abords des abris et des arrêts d'autobus.

Karine Sauvé, porte-parole de la STO

Les fautifs ont toutefois peu de chances de se faire épingler. Seuls les inspecteurs du ministère de la Santé et des services sociaux peuvent donner des constats d'infraction aux fumeurs fautifs, des amendes allant de 250 $ à 1500 $.

Avec les informations d'Audrey Roy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Santé publique