•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une ancienne église sera convertie pour la culture du cannabis

Une église blanche se détache sur un fond nuageux.

Le centre de loisirs Ste-Rita avait été établi dans l’ancienne église de la communauté.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Mathieu Tremblay

Francis Bouchard

L'ancien centre de loisirs de Val Rita, dans le Nord de l'Ontario, doit être transformé en centre de microculture de cannabis médicinal. Le conseil municipal de Val Rita-Harty a accepté l'offre d’achat d'un homme d'affaires de la région qui veut installer son entreprise dans l’ancienne église.

Le bâtiment était en vente depuis le début de l’année. L’automne dernier, les activités de loisir qui s’y tenaient depuis plusieurs années ont été transférées dans l’ancienne école de la communauté, achetée par la Municipalité et devenue le nouveau centre communautaire.

Une première offre de vente de l’ancien centre de loisirs n’avait pas permis de trouver un acheteur. Au printemps, le conseil municipal avait prolongé la période de mise en vente d’une autre année avant de considérer une possible démolition.

La Municipalité souhaitait notamment y attirer une microbrasserie.

Toutefois, l’homme d’affaires Mike Arkilander a fait une présentation au conseil municipal en octobre pour l’achat du bâtiment afin de produire du cannabis thérapeutique.

Selon le directeur général de Val Rita-Harty, Guillaume Richy, le conseil a choisi cette offre parmi les deux qu’il a reçues.

On n’avait pas du tout pensé à ça, mais c’est une possibilité intéressante et un moyen de ramener une nouvelle industrie dans la communauté

Guillaume Richy, directeur général de Val Rita-Harty

Dans sa présentation au conseil, l’acheteur a expliqué que le projet créerait quatre ou cinq emplois au départ et que la Municipalité pourra percevoir l'impôt foncier.

Le projet permettrait de cultiver un maximum de 600 kilogrammes de cannabis par année.

La vente doit être conclue dans les prochaines semaines, après des démarches pour la division du terrain, notamment.

La Municipalité devra ensuite procéder à un changement de zonage qui inclura une audience publique.

Comme le stipulait la Municipalité, l’acheteur s’est engagé à préserver l’aspect extérieur de l’édifice.

C’est important de garder ce repère visuel dans la communauté. Il y a beaucoup de personnes qui auraient été très déçues si le bâtiment avait dû être démoli, affirme Guillaume Richy.

L’acheteur doit tout de même effectuer un réaménagement de l’édifice selon les normes de Santé Canada avant de pouvoir obtenir une licence de production.

La production pourrait commencer dans les premiers mois de 2020.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nord de l'Ontario

Politique municipale