•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Contrat de 2016 : Anse-Bleue ne savait pas qu'elle donnait son accord à un parc éolien

La tête d'une éolienne en mouvement.

Les communautés d'Anse-Bleue, de Blanchard et de Dugas ont signé une lettre d'appui au projet de parc éolien de Naveco Power dans lequel la Ville de Bathurst a investi.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Mis à jour le 

Le vice-président du comité consultatif d'Anse-Bleue dit n'avoir jamais donné son appui pour la construction d'un parc éolien dans son DSL.

Denis Doiron s'est dit surpris de voir que son nom apparaissait dans le contrat pour la construction d'un parc éolien dans le DSL d'Anse-Bleue, au Nouveau-Brunswick. Le vice-président du comité consultatif d'Anse-Bleue rapporte qu'on lui a fait croire que les documents qu'il signait n'étaient que pour le lancement d'une étude d'impact environnemental.

Cette lettre publique, datée du 26 avril 2016, confirme l’appui de Karine Landry, de Denis Doiron et de Roland Landry, du comité consultatif du DSL d’Anse-Bleue au projet de Naveco Inc. dans sa demande auprès de NB Power à l’égard de l’appel d’offres (EOI) du projet Énergies renouvelables pour 2016-2017 qui aura lieu dans la province du Nouveau-Brunswick et plus particulièrement dans la région de Dugas et Anse-Bleue.

J’ai été surpris de voir que mon nom était sur les documents. Parce que moi, la seule chose que j’avais en tête, c’était pour l’étude, c’est juste ça qu’ils ont parlé [à la rencontre] en 2016. , raconte Denis Doiron.

Ils n’ont jamais parlé de leur projet de parc éolien

Denis Doiron, vice-président du comité consultatif d'Anse-Bleue

Il croit qu'on a essayé de le duper en lui faisant signer des documents sans l'informer correctement de ce qu'il était en train d'appuyer. Selon lui, s'il avait été question de l'approbation de la construction d'un parc éolien, il aurait tout de suite demandé l'avis des résidents.

La lettre que j’ai signée là, lors de l’assemblée au centre de loisirs en 2016 [...] c’était seulement pour faire une étude sur l’impact environnemental. On a jamais parlé qu’il allait y avoir des éoliennes.

Les municipalités de Blanchard et de Dugas, ainsi que le Club VTT de la Péninsule acadienne ont également signé une lettre d'appui à un projet d'éoliennes.

Notre club VTT comprend l’importance de remplacer les énergies fossiles par l’énergie renouvelable et reconnaît la qualité du vent qui souffle sur ce territoire qui est un endroit exceptionnel pour y construire un parc éolien.

Bobby Clément, président du Club VTT de la Péninsule acadienne

Une pétition contre le projet

Une pétition circule actuellement pour contrer la mise en oeuvre du projet de parc éolien à Anse-Bleue. Tous les signataires de la lettre de 2016 ont signé la pétition, rapporte Ginette Bertin, l'actuelle présidente du comité consultatif du DSL d’Anse-Bleue. Il est à noter que Mme Bertin ne faisait pas partie du comité consultatif d'Anse-Bleue au moment de la signature de la lettre en 2016.

Elle indique que la pétition sera remise au conseil municipal à la réunion de lundi soir prochain.

Naveco Power et la Ville de Bathurst sont partenaires du projet toujours en développement du parc éolien Chaleur Ventus. Si elles sont érigées, les cinq éoliennes prévues pourraient générer 20 MW d'électricité, ou fournir de l'énergie pour 9000 foyers.

Incompréhension à Bathurst

Lors d’une entrevue à La Matinale, mardi, le maire de Bathurst a défendu la décision de la Ville d’investir 20 millions de dollars dans un projet de parc éolien à Anse-Bleue, choisie pour la qualité de ses vents. Il a tenu à préciser que l’électricité créée dans ce parc serait achetée par Énergie NB et non par la Ville de Bathurst.

Selon Paolo Fongémie – qui ne comprend pas pourquoi certains Néo-Brunswickois laissent planer la possibilité d’un boycottage – c'est la communauté d’Anse-Bleue qui bénéficiera le plus des retombées du parc éolien.

Il affirme que Bathurst n’a rien fait de mal.

Paolo Fongemie en entrevue dans son bureau.

Le maire de Bathurst, Paolo Fongemie

Photo : Radio-Canada

On a participé à un processus public d’appel d’offres et on a été retenu. Alors, pourquoi pénaliser notre municipalité quand nous avons suivi toutes les règles.

Paolo Fongémie, maire de Bathurst en entrevue mardi à La Matinale

Le maire de Bathurst confirme avoir obtenu une lettre d’appui du comité consultatif de la communauté d’Anse-Bleue dès le départ, malgré les propos de Denis Doiron.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Énergies renouvelables