•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Choisir son identité à l’Université de Sherbrooke

Une pancarte de l'Université de Sherbrooke située devant un pavillon

L'Université de Sherbrooke

Photo : Radio-Canada

Fanny Lachance-Paquette

À compter de mardi, les étudiants et les membres du personnel de l’Université de Sherbrooke pourront choisir leur prénom, leur nom ainsi que le genre qui apparaissent dans bon nombre de documents et de communications universitaires.

Les changements apportés faciliteront la vie des étudiants et des employés au quotidien. Les cartes étudiantes, les adresses électroniques, les listes d’étudiants fournies aux enseignants ainsi que les données utilisées dans bon nombre de logiciels représenteront désormais les choix des universitaires. 

Je pense que c'est quelque chose qui va vraiment aider leur quotidien.

Kim Lagueux Dugal, registraire de l'Université de Sherbrooke

Au cours des dernières années, le Groupe d’action trans de l’Université de Sherbrooke (GATUS) avait demandé que les documents de l'institution d’enseignement soient revus pour représenter la réalité des personnes trans. En faisant quelques consultations, l’université a aussi constaté qu’il s’agissait d’un enjeu pour des membres de la communauté internationale. Ces derniers ont souvent des noms composés de plusieurs prénoms et de plusieurs noms de famille, les prénoms et noms utilisés à l’Université ne représentaient pas toujours ceux qu’ils employaient usuellement. 

Pour la registraire de l’Université de Sherbrooke, Kim Lagueux Dugal, ces changements s'arriment avec la volonté de l’Université de faire un milieu plus inclusif, plus diversifié, plus équitable.

Elle souligne toutefois que tous les documents ne pourront pas être modifiés, principalement pour des raisons légales. Les documents officiels comme les diplômes de fin d’études, les déclarations d’étudiants inscrits transmises au ministère de l’Éducation et les documents fournis aux employeurs dans le régime coopératif ne pourront donc pas être modifiés.

Pour Séré Beauchesne-Lévesque, responsable de la coordination au GATUS,  il s’agit d’une grande victoire pour les personnes trans. Le GATUS salue le fait que les personnes trans n’auront pas à se justifier à qui que ce soit, il ne suffira qu’à remplir un formulaire en ligne pour que la demande soit prise en considération. La registraire précise tout de même que quelques conditions doivent être respectées pour approuver la demande. Par exemple, le nom ne doit pas faire référence à un personnage connu ni être grossier ou inusité.

C'est une des raisons pour lesquelles le groupe d’action trans a été formé en 2016. [...] Ça dépasse même nos attentes.

Séré Beauchesne-Lévesque, responsable de la coordination au GATUS

La vice-rectrice aux études à l’Université de Sherbrooke, Christine Hudon, se réjouit de l’accueil enthousiaste qu’a reçu cette directive au sein de la communauté universitaire. Selon elle, il s’agit de la première université au Québec où il est possible de choisir prénom, nom et genre. Elle dénote aussi que l’établissement est pionnier en incluant les membres du personnel. 

Plusieurs étudiants avaient déjà soumis des demandes de changements au Bureau de la registraire, quelques heures seulement après la mise en place de la nouvelle directive. Parmi eux se trouvaient aussi des étudiants avec des noms de famille composés qui voulaient en délaisser un des deux.

Le Bureau du registraire tentera d’effectuer les changements désirés dans un délai de dix jours.  

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Estrie

Communauté LGBTQ+